Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Beaucoup de monde se soucie du bien-être des jeunes. Mais, dans le fond, qui sait ce que ceux-ci désirent vraiment ? A Huy, la maison de jeunes « La Mézon » réunit les acteurs de la Jeunesse et les jeunes pour définir une vision commune du bien-être et penser les projets qui doivent permettre de tendre vers cet idéal partagé.

Quel est le point commun entre un groupe de citoyens de Tasmanie, de citadins de Bogota, d'habitants du Nord-Pas-de-Calais et de jeunes Hutois ? De l'île australienne aux hauteurs colombiennes, en passant par nos latitudes, toutes ces communautés testent la méthodologie Spiral (societal progress indicators and responsabilities for all) développée par le Conseil de l'Europe pour favoriser la participation des collectifs autour de la construction d'indicateurs communs de bien-être.
La maison de jeunes (MJ) de Huy est à l'initiative d'une table de cohésion sociale qui réunit les différents acteurs impliqués avec les jeunes sur le territoire (Infor jeunes, l'Atelier rock, deux AMO, le service prévention de la commune, un service de santé mentale, le centre culturel). En s'appropriant la méthodologie du Conseil de l'Europe, les jeunes et ceux qui s'adressent à eux doivent s'entendre sur une définition commune du bien-être. Au-delà des mots, à terme, l'objectif est d'arriver à construire un plan de cohésion jeunesse qui implique les premiers concernés et débouc...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

Beaucoup de monde se soucie du bien-être des jeunes. Mais, dans le fond, qui sait ce que ceux-ci désirent vraiment ? A Huy, la maison de jeunes « La Mézon » réunit les acteurs de la Jeunesse et les jeunes pour définir une vision commune du bien-être et penser les projets qui doivent permettre de tendre vers cet idéal partagé.

Quel est le point commun entre un groupe de citoyens de Tasmanie, de citadins de Bogota, d'habitants du Nord-Pas-de-Calais et de jeunes Hutois ? De l'île australienne aux hauteurs colombiennes, en passant par nos latitudes, toutes ces communautés testent la méthodologie Spiral (societal progress indicators and responsabilities for all) développée par le Conseil de l'Europe pour favoriser la participation des collectifs autour de la construction d'indicateurs communs de bien-être.
La maison de jeunes (MJ) de Huy est à l'initiative d'une table de cohésion sociale qui réunit les différents acteurs impliqués avec les jeunes sur le territoire (Infor jeunes, l'Atelier rock, deux AMO, le service prévention de la commune, un service de santé mentale, le centre culturel). En s'appropriant la méthodologie du Conseil de l'Europe, les jeunes et ceux qui s'adressent à eux doivent s'entendre sur une définition commune du bien-être. Au-delà des mots, à terme, l'objectif est d'arriver à construire un plan de cohésion jeunesse qui implique les premiers concernés et débouc...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

En savoir plus

Beaucoup de monde se soucie du bien-être des jeunes. Mais, dans le fond, qui sait ce que ceux-ci désirent vraiment ? A Huy, la maison de jeunes « La Mézon » réunit les acteurs de la Jeunesse et les jeunes pour définir une vision commune du bien-être et penser les projets qui doivent permettre de tendre vers cet idéal partagé.

Quel est le point commun entre un groupe de citoyens de Tasmanie, de citadins de Bogota, d'habitants du Nord-Pas-de-Calais et de jeunes Hutois ? De l'île australienne aux hauteurs colombiennes, en passant par nos latitudes, toutes ces communautés testent la méthodologie Spiral (societal progress indicators and responsabilities for all) développée par le Conseil de l'Europe pour favoriser la participation des collectifs autour de la construction d'indicateurs communs de bien-être.
La maison de jeunes (MJ) de Huy est à l'initiative d'une table de cohésion sociale qui réunit les différents acteurs impliqués avec les jeunes sur le territoire (Infor jeunes, l'Atelier rock, deux AMO, le service prévention de la commune, un service de santé mentale, le centre culturel). En s'appropriant la méthodologie du Conseil de l'Europe, les jeunes et ceux qui s'adressent à eux doivent s'entendre sur une définition commune du bien-être. Au-delà des mots, à terme, l'objectif est d'arriver à construire un plan de cohésion jeunesse qui implique les premiers concernés et débouc...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

Sandrine Warsztacki

Sandrine Warsztacki

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)