Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Archives

L’ACRF fait campagne sur le logement rural

L’association d’éducation permanente « Action chrétienne rurale des femmes »1 – qui représente 220 groupes de femmes (5 000 membres)répartis dans toute la Wallonie – a lancé le 20 décembre dernier la campagne de sensibilisation « Cherchons à louer au village » pour tenterd’infléchir le déficit de logements à loyers modérés en milieu rural et rendre l’accès au logement aux personnes à revenus modestes. Ellefonde ses revendications sur deux études qu’elle vient de finaliser.

21-01-2007 Alter Échos n° 221

L’association d’éducation permanente « Action chrétienne rurale des femmes »1 – qui représente 220 groupes de femmes (5 000 membres)répartis dans toute la Wallonie – a lancé le 20 décembre dernier la campagne de sensibilisation « Cherchons à louer au village » pour tenterd’infléchir le déficit de logements à loyers modérés en milieu rural et rendre l’accès au logement aux personnes à revenus modestes. Ellefonde ses revendications sur deux études qu’elle vient de finaliser.

Augmenter l’offre privée et publique

L’association s’adresse en particulier aux nouveaux mandataires communaux, au secteur associatif et au grand public et met le doigt sur l’insuffisance en milieu rural delogements de qualité à loyer modéré tant publics que privés. « Nous demandons aux nouveaux conseils communaux de rechercher des solutions au manque locatif enmilieu rural. L‘objectif est de développer l’offre privée et publique. Il existe trop peu de logements sociaux dans les communes rurales : 25 % de communes ruralesn’ont pas de locataires en logement social et cela atteint même 50 % en province de Luxembourg » : affirme Claire Ruwet, chargée de communication.

« Les candidats locataires sont confrontés à de nombreux problèmes tels que la hausse des loyers, la baisse et l’instabilité de leurs revenus,l’indisponibilité des immeubles mais aussi un mauvais état des biens mis en location. » En se basant sur la prévision de la hausse du nombre de famillesmonoparentales et d’isolés, l’ACRF pousse la sonnette d’alarme sur la nécessité de prévoir des logements supplémentaires en 2015. « Ilfaudrait atteindre 16 % d’offre publique (au lieu de 8 % aujourd’hui) et 30 % d’offre privée. »

L’association suggère aux communes d’évaluer leurs besoins locatifs pour éviter de se transférer l’une vers l’autre leurs locataires en mal delogement. Elle les invite à créer des guichets logements ou à désigner un interlocuteur spécifique facilement identifiable. Elle propose de faire un inventaire deslogements vides assorti d’une éventuelle réquisition ainsi que de soutenir les agences immobilières sociales (AIS), trop clairsemées en milieu rural.

Pour tenter de contenir la flambée des prix, l’ACRF donne encore l’idée aux communes d’établir des grilles de référence des loyers. Elle envoieen passant une flèche à l’État « qui devrait réorienter ses aides publiques qui, depuis l’après-guerre, sont dirigées essentiellement versl’accès à la propriété ».

Le 20 décembre, jour de lancement de la campagne, Fabian Lardinois, animateur de « Luttes Solidarités Travail », a témoigné de l’itinéraired’une famille de Rochefort qui, avec cinq enfants, a vécu longtemps dans une chambre insalubre et à laquelle on refusait un logement social à trois chambres sousprétexte qu’il était insuffisant. Il a soulevé le problème des habitants permanents des campings expulsés de leur logement et qui sont forcés dedéménager dans les villes et dans des logements insalubres.

Un outil de travail et d’analyse

L’étude « Se loger en milieu rural, un défi » souligne l’hétérogénéité de la Wallonie rurale en insistant sur lephénomène migratoire qui agit comme moteur de l’évolution démographique et qui a pour effet de provoquer une hausse rapide du prix de l’immobilier et dufoncier. La baisse du pouvoir d’achat est un élément clé de la problématique du logement puisque l’étude souligne la hausse du loyer brut quireprésente 21 % du budget du ménage en 2004 contre 17,7 % en 1978.

L’évolution des politiques publiques en matière de logement rural est passée en revue. L’étude effectue une cartographie des acteurs à tous lesniveaux de pouvoir et un tableau de bord des aides au logement pour les particuliers. Elle notifie systématiquement la moyenne des prix de vente des bâtiments par province et pararrondissement en 2004 tout en identifiant les multiples problèmes qui réduisent l’accès au logement en milieu rural. Elle propose aussi diverses solutions telles que laformation spécifique de fonctionnaires communaux.

Bref, un réel outil de travail assorti d’un fichier d’adresses des services info-conseils logement, des services de logement de service public, des services communaux delogement, des associations de promotion du logement, et des agences immobilières sociales réparties en Wallonie.

1. Action chrétienne rurale des femmes, secrétariat de la maison rurale, rue Jaumain, 15 à 5330 Assesse -tél. : 083 65 51 92 – courriel : contact@acrf.be.
Les outils de la campagne (cartes postales et pétitions etc.) sont disponibles sur demande.
Les études « Se loger en milieu rural, un défi », réalisée par Françoise Ansay et Françoise Warrant et « Le milieu rural : un espaceà habiter », sont disponibles sur demande au prix de 7,50 et 11 euros.

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)