Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Archives

"Inter-CPAS BW : la parole aux "travailleurs" art. 60 et aux assistants sociaux"

06-03-2000 Alter Échos n° 70

Paul-Henri Content 1, psychosociologue et formateur d’adultes au CESEP 2, connaît bien le milieu des CPAS. Engagé pour une recherche-action sur les facteurs de stress dans les CPAS,il est également intervenu pour animer un groupe de travailleurs sous contrat art. 60, à la demande de l’Inter-CPAS du Brabant wallon 3. Ce travail consistait à ouvrir un lieu deparole aux personnes engagées sous art. 60, d’évaluer les effets de la mesure en terme de réinsertion et de recueillir leurs témoignages quant à l’impact de lamesure sur leur vie en posant trois questions : En quoi cette expérience a enrichi votre vie ? Quels freins a-t-elle engendré ? Que proposez-vous pour améliorer la «formuleart. 60» ? Sur trente personnes inscrites, vingt ont participé aux groupes de parole (trois groupes au total). Et sur ces vingt personnes, six se sont déplacées lors del’Assemblée générale de la CSRC du Brabant wallon le 17 décembre 99 4. Pour Paul-Henri Content, cette expérience de prise de parole et d’échange estpositive. «J’ai été étonné de la quantité, de la qualité et de la profondeur des informations qu’ils ont données. Ils se sont mouillés etont émis des idées pertinentes. Malgré les problèmes posés par la mesure, la majorité d’entre eux apprécie cette expérience de travail art. 60,qui pour certains, peut faire toute la différence. Il serait regrettable que ces informations restent lettres mortes», conclut-il. Sans être généralisables(l’échantillon étant limité), les résultats de ce travail donnent des grandes tendances qui mériteraient d’être approfondies. À L’inter-CPAS de prendrele relais 5. Un service, en effet, à péréniser mais aussi à élargir à tous les bénéficiaires avec des moyens européens et wallonsà trouver. Actuellement, l’Inter-CPAS relaye l’information auprès des cabinets concernés, des CPAS, des opérateurs du Parcours d’insertion et de la presse. Un livre blanc«art. 60» est en projet.
Mais qu’est l’Inter-CPAS ? L’Inter-CPAS est une association professionnelle qui regroupe les assistants sociaux des vingt-sept CPAS du Brabant wallon. Elle est née dans le courant desannées 80 sous l’impulsion du CPAS de Chastre pour se constituer en asbl en janvier 99 (les membres du Bureau sont bénévoles, l’association en croissance a besoin de sestructurer et de subventions). La cotisation annuelle s’élève à deux cent francs par assistant social. Les services sociaux généraux comptent, en Brabant wallonsoixante à septante personnes (le double si l’on inclut les services périphériques). «En moyenne, quinze assistants sociaux participent à nos réunionsmensuelles. Plus que le nombre de participants, c’est le maximum de CPAS représentés qui est important», expliquent Françoise Hensmans et Daniel Hanquet, membres fondateurset membres effectifs du Bureau de l’Inter-CPAS. «Les assistants sociaux sont souvent pris en sandwich dans leur travail, débordés par de nouvelles missions fédérales(sans en avoir les moyens) et mis sous pression», constate Françoise Henmans. L’Inter-CPAS offre un lieu où les travailleurs sociaux peuvent parler de leurs malaises et de leursdifficultés, échanger des pratiques, réfléchir sur le service et l’action sociale, s’informer et se former. Les thèmes abordés concernent l’actualitéprofessionnelle du secteur. «Mais si certains CPAS encouragent leurs travailleurs à participer à ces réunions, il leur faut encore trop le prétexte de la formationpour pouvoir venir, déclare Daniel Hanquet, et ce sont plutôt les responsables de services qui rejoignent le groupe».
En plus d’être un espace-forum, l’Inter-CPAS veut devenir un interlocuteur consulté qui reflète la réalité du terrain. «Nous sommes sollicités àparticiper à des commissions et, ce qui est nouveau, différents organismes souhaitent nous rencontrer, signale Daniel Hanquet. Nous devenons peu à peu organisme de pression. Etsi la question de la délégation syndicale n’est qu’effleurée, nous sentons une demande de la part des assistants sociaux et des craintes de les voir se regrouper.»
1 Paul-Henri Content, rue Trou Renard 36 à 4870 Fraipont, tél. : 087 46 21 80.
2 Centre socialiste d’éducation permanente, rue de Charleroi 47 à 1400 Nivelles, tél. : 067 21 94 68.
3 Inter-CPAS, Secrétariat : CPAS de Chastre, route de Gembloux 2 à 1450 Cortil-Noirmont, tél. : 081 62 27 28, contact : Vincent Lethé ou encore Daniel Hanquet au CPAS deRinxensart, rue A. Collin 11 à 1330 Rixensart, tél. : 02 653 09 93.
4 L’Inter-CPAS avait obtenu une bourse de 50.000 francs dans le cadre du volet Participation-Citoyenneté du Parcours d’insertion.
5 Les résultats de ce travail sont disponibles auprès du Secrétariat de l’Inter-CPAS.

Alter Échos

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)