Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Archives

“Insertion socioprofessionnelle au bénéfice du travailleur ou du capital ?”

06-09-1999 Alter Échos n° 58

Contradictions se penche sur l'insertion professionnelle et les insertions sociales 1. Trois auteurs ont retenu notre attention : Thérèse Levene, d'abord, qui analyse le lien entre«travailleurs sociaux et classes sociales»; Roger Lemineur, ensuite, qui s'arrête sur la «question de la motivation au travail : la grande affaire du salariat»; et PaulDemunter enfin, qui aborde le thème de «l'insertion professionnelle».L'analyse de Thérèse Levène vise à déterminer la place des travailleurs sociaux dans les rapports de production, et surtout leur appartenance de classe, proche dela «petite bourgeoisie». Une classe sociale souvent alliée à la classe ouvrière contre le capital, mais qui lutte aussi pour elle-même. Une manière delire, entre autres, le rapport au pouvoir des travailleurs sociaux, et l'évolution des budgets consacrés aux matières sociales.Roger Lemineur trace un état des lieux de l'organisation du travail, en soulignant l'émergence de plus en plus forte du «management participatif». A savoir plus de placelaissée par le patronat aux travailleurs dans le processus de production. Ces derniers ne sont plus considérés comme «prolétaires analphabètes&...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

Alter Échos

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)