Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Logement

Habitat permanent (HP) : dans la confusion, chacun agit à sa guise

L’actualisation du Plan HP laisse encore des interrogations. Approuvé en avril 2011, il peine pourtant à se mettre en place.

22-06-2012 Alter Échos n° 341

L’actualisation du Plan HP laisse encore des interrogations. Approuvé en avril 2011, il peine pourtant à se mettre en place. La journée d’étude du 14 juin, organisée par l’Union des villes et des communes de Wallonie (UVCW), s’est penchée sur la question. Si les enjeux et les perspectives restent confus, la réalité montre clairement l’adaptation du Plan au cas par cas.
Le plan HP vise à reloger les personnes qui vivent dans des équipements à vocation touristique. Selon la charte, 8 000 Wallons sont concernés, répartis sur vingt-neuf communes. Adopté en 2002, le Plan HP est réactualisé en 2011 sur de nouvelles bases. « On tend à encourager les résidants au relogement sans les y obliger et à freiner de nouvelles installations dans les lieux à vocation touristique », explique Luc Mertens, conseiller du cabinet de la ministre de l'Action sociale, Eliane Tillieux (PS), en charge de la coordination du Plan HP.L’actualisation du plan comprend soixante-sept mesures divisées en cinq axes. Le premier axe, le plus interpellant, relève de la maîtrise des entrées et des équipements. « On travaille actuellement sur la possibilité qu’un fonctionnaire délégué puisse délivrer un permis d’urbanisme », précise le représentant de la ministre. Deux autres discussions sont en cours : créer un permis de location spécifique aux infrastructures HP et déroger aux règles relatives à la domiciliation. Sur...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

L’actualisation du Plan HP laisse encore des interrogations. Approuvé en avril 2011, il peine pourtant à se mettre en place. La journée d’étude du 14 juin, organisée par l’Union des villes et des communes de Wallonie (UVCW), s’est penchée sur la question. Si les enjeux et les perspectives restent confus, la réalité montre clairement l’adaptation du Plan au cas par cas.
Le plan HP vise à reloger les personnes qui vivent dans des équipements à vocation touristique. Selon la charte, 8 000 Wallons sont concernés, répartis sur vingt-neuf communes. Adopté en 2002, le Plan HP est réactualisé en 2011 sur de nouvelles bases. « On tend à encourager les résidants au relogement sans les y obliger et à freiner de nouvelles installations dans les lieux à vocation touristique », explique Luc Mertens, conseiller du cabinet de la ministre de l'Action sociale, Eliane Tillieux (PS), en charge de la coordination du Plan HP.L’actualisation du plan comprend soixante-sept mesures divisées en cinq axes. Le premier axe, le plus interpellant, relève de la maîtrise des entrées et des équipements. « On travaille actuellement sur la possibilité qu’un fonctionnaire délégué puisse délivrer un permis d’urbanisme », précise le représentant de la ministre. Deux autres discussions sont en cours : créer un permis de location spécifique aux infrastructures HP et déroger aux règles relatives à la domiciliation. Sur...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

Sophie Lapy

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)