Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Emploi/formation

Formation : les entreprises européennes labellisées

Un label européen pour les entreprises accueillant des stagiaires dans le cadre de projets de mobilité est expérimenté. Son nom : Lefe (Label entreprises formation Europe).

25-05-2012 Alter Échos n° 339

Un label européen pour les entreprises accueillant des stagiaires dans le cadre de projets de mobilité est expérimenté. Son nom : Lefe (Label entreprises formation Europe).

Cinq pays européens (Belgique, France, Pologne, Roumanie et Italie) expérimentent à l’heure actuelle un système de labellisation commun pour les entreprises s’engageant à accueillir des stagiaires dans le cadre de projets de mobilité Leonardo (voir encadré). Cinq pays derrière lesquels se cachent aussi cinq structures de formation1, une pour chaque pays, qui ont été en quelque sorte les chevilles ouvrières du projet, débuté il y a un peu moins de deux ans et soutenu par le Fonds social européen. Le projet est accessible également à d’autres structures de formation.

Le programme Leonardo fait partie du programme pour l’éducation et la formation tout au long de la vie de la Commission européenne et finance de nombreux types d’activités de différentes ampleurs. Parmi celles- ci, on compte :

 

  •  des actions de mobilité permettant aux personnes de se rendre à l’étranger pour vivre une expérience d’apprentissage ou de formation ;

 

  •  des partenariats associant des organisations impliquées dans le secteur de l’enseignement et de la formation professionnelle de différents pays européens. Les partenariats doivent associer le secteur des entreprises ;

 

&bull ; des projets multilatéraux impliquant des organisations de différents pays qui collaborent pour mettre au point des pratiques de travail dans le secteur de l’enseignement et de la formation professionnelle. Parmi ceux-ci, les projets de « transfert de l’innovation » contribuent à propager les « nouvelles avancées les plus prometteuses ».

Le but du label est simple : valoriser les entreprises qui l’obtiennent et permettre aux centres de formation d’être sûrs, lorsqu’ils envoient des stagiaires dans des entreprises situées dans d’autres pays européens, que ceux-ci seront accueillis et formés dans de bonnes conditions. Les entreprises sont en effet tenues de respecter une charte reprenant quinze points (présence d’un référent pour le stagiaire dans l’entreprise accueillante, présentation de celui-ci au stagiaire, détail du programme de formation, etc.). « L’idéal serait presque que l’on puisse envoyer un stagiaire seul dans une entreprise quelque part en Europe les yeux fermés en sachant qu’il sera bien accueilli mais aussi qu’il pourra recevoir une formation de qualité dans des domaines auxquels il n’a pas accès au pays, ce qui est souvent l’objectif quand on envoie un stagiaire dans une structure à l’étranger », sourit Geneviève Lardinois, accompagnatrice et coordinatrice du projet pour le Cefa d’Ixelles-Schaerbeek2, le partenaire belge du projet. Elle précise qu’à l’heure actuelle encore, les stagiaires partent souvent en groupe, accompagnés d’un formateur.

Un engagement sur base volontaire

Fonctionnant sur base volontaire (les entreprises dans chaque pays ont été contactées via les centres de formation partenaires locaux) pour les entreprises, le système d’évaluation est quant à lui assez simple. Se présentant sous la forme d’un extranet accessible aux centres de formation, aux stagiaires et aux entreprises, il permet à ces trois éléments d’évaluer l’accueil fourni par les entreprises aux stagiaires. Et dès le premier constat positif (l’entreprise dispose pour cela de trois « essais ». S’ils sont tous négatifs, elle doit recommencer tout le processus d’adhésion au label), le label est accordé même s’il peut être retiré après deux constats négatifs.

Pour les entreprises, on l’a dit, l’avantage de « Lefe » consiste dans le fait qu’elles se voient valorisées dans l’accueil qu’elles fournissent. Le label aussi être un outil leur servant à créer des liens avec d’autres entreprises européennes également labellisées, et à se reconnaître entre elles.

Se situant pour l’heure dans une phase d’expérimentation qui se clôturera fin juillet, le projet devrait connaître d’autres développements puisqu’il s’agit maintenant de le pérenniser. « Une asbl ou une association de fait va être créée pour gérer l’extranet », explique Geneviève Lardinois qui précise également qu’une extension du projet est à l’ordre du jour, dans le cadre du projet Leonardo. Créé sous forme de partenariat, celui-ci devrait continuer sous la forme d’un projet de « transfert de l’innovation » (voir encadré) censé le propager à d’autres pays membres de l’Union européenne.

1. Le Cefa d’Ixelles-Schaerbeek pour la Belgique, la « Fédération régionale des maisons familiales rurales Aquitaine » pour la France, l’ONG Sfera pour la Pologne, le centre de formation professionnelle CIOFS-PF pour l’Italie et le lycée professionnel d’Alexandria pour la Roumanie.
2. Cefa d’Ixelles-Schaerbeek :
– adresse : rue Mercelis, 38 à 1050 Bruxelles
– tél. : 02 511 23 16
– site : http://www.cefa-ixelles-schaerbeek.be

Julien Winkel

Julien Winkel

Journaliste (emploi et formation)

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)