Alter Échosr
Regard critique · Justice sociale

Archives

Flandre : le VDAB choisit la facilité

Le VDAB1, équivalent flamand du Forem et de l’Orbem, s’occupe en priorité de ceux qui ont le plus de chances de pouvoir rapidement retrouver un emploi. C’est ce quiressort d’une étude du Hoger Instituut voor Arbeid (Hiva)2, réalisée en 2003 dans six bureaux locaux de l’organisme flamand. Quatre cents consultants du VDAB ontété interrogés par écrit tandis que des centaines de demandeurs d’emploi l’étaient par téléphone. Pour évoquer le sortréservé à ceux parmi les chômeurs qui constituent des cas difficiles, l’enquête de l’Hiva n’hésite pas à parler de « parcage deschômeurs ».

15-12-2004 Alter Échos n° 176

Le VDAB1, équivalent flamand du Forem et de l’Orbem, s’occupe en priorité de ceux qui ont le plus de chances de pouvoir rapidement retrouver un emploi. C’est ce quiressort d’une étude du Hoger Instituut voor Arbeid (Hiva)2, réalisée en 2003 dans six bureaux locaux de l’organisme flamand. Quatre cents consultants du VDAB ontété interrogés par écrit tandis que des centaines de demandeurs d’emploi l’étaient par téléphone. Pour évoquer le sortréservé à ceux parmi les chômeurs qui constituent des cas difficiles, l’enquête de l’Hiva n’hésite pas à parler de « parcage deschômeurs ».

Quelque 75 % des consultants interrogés reconnaissent qu’ils « mettent plus ou moins sur le côté » tous ceux qui n’ont pas un niveaud’études suffisant pour intéresser le marché du travail. Même chose en ce qui concerne ceux qui, parmi les plus de 50 ans, déclarent ne plus réellementchercher du travail. L’effort à fournir serait trop important par rapport aux maigres résultats obtenus. Mettre sur le côté un chômeur revient en pratiqueà lui fournir le minimum légal pour qu’on puisse parler d’accompagnement, selon les normes en vigueur au VDAB : un entretien initial, plus un entretiend’évaluation par après. 64 % des consultants admettent ne pas savoir ce qu’il advient de la plupart des demandeurs d’emploi après ces deux entretiens. SelonLudo Verstruyven, enquêteur du Hiva, le VDAB centre essentiellement ses efforts sur le chômeur moyen, alors qu’il a été démontré à plusieursreprises que ce type de chômeur sait parfaitement où il doit s’adresser pour trouver du travail, et comment rédiger une lettre de sollicitation. Ce type de chômeurtrouverait donc probablement un emploi, même sans la moindre aide du VDAB. Par contre, pour des chômeurs âgés ou peu diplômés, l’intervention du VDAB peutvraiment faire la différence.

Une culture très poussée de la performance

Le rapport du Hiva est très critique à l’égard du VDAB. Officiellement, les statistiques du VDAB mentionnent 12 % de chômeurs accompagnés. En pratique,lorsqu’on interroge ces derniers, ils estiment ne bénéficier d’aucun accompagnement. Le demandeur d’emploi signe un formulaire lui donnant droit à un suiviindividualisé mais celui-ci n’existe que sur le papier. Pour Ludo Verstruyven, il y a au VDAB une culture très poussée de la performance. L’étude du Hiva parlemême de commercialisation. Parmi les chômeurs pris en main par le VDAB, 83 % sont des chômeurs de courte durée, et ce pourcentage augmente d’année enannée. À cela s’ajoutent les directives européennes qui lui imposent de s’attaquer en priorité au chômage des jeunes, ainsi que le plan del’ex-ministre fédéral de l’Emploi Frank Vandenbroucke qui va dans le même sens. Les consultants du VDAB ont aussi une charge de travail considérable. Ilsreçoivent à intervalles réguliers des listes de nouveaux demandeurs d’emploi à accompagner et le rythme auquel celles-ci arrivent les oblige à faire deschoix. Selon Ludo Verstruyven, il faudrait enfin que les consultants du VDAB aient davantage l’occasion de se spécialiser pour pouvoir se lancer dans un véritable accompagnementpersonnalisé des demandeurs d’emploi.

D’après De Morgen et De Standaard

1. VDAB, Keizerslaan 11 à 1000 Brussel – tél : 02 506 15 11 – fax : 02 506 15 90 –
courriel : info@vdab.be
2. Hiva, Parkstraat 47 à 3000 Leuven – tél. : 016 32 33 70 – fax : 016 32 33 44 –
courriel : hiva@kuleuven.ac.be – site : http://www.hiva.be

Pierre Gilissen

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)