Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Coopérative

Energiris : Bruxelles en mode renouvelable

Photovoltaïque, cogénération, isolation: la coopérative citoyenne Energiris investit dans l’énergie renouvelable sur le territoire bruxellois.

CC - Romain DECKER

Photovoltaïque, cogénération, isolation : la coopérative citoyenne Energiris investit dans l’énergie renouvelable sur le territoire bruxellois.

En 2012, un rapport[1] a montré qu’il était possible pour la Belgique d’atteindre 100 % d’énergie renouvelable en 2050… moyennant un investissement de 300 à 400 milliards d’euros. « C’est évidemment impayable pour des pouvoirs publics endettés jusqu’au cou… mais peut-être pas si l’on met à contribution les citoyens belges qui possèdent quelque 270 milliards sur leurs comptes d’épargne », explique Ismaël Daoud, administrateur délégué d’Energiris et ex-conseiller politique de la ministre bruxelloise de l’Énergie Évelyne Huytebroeck (2009-2014). Dans un contexte bruxellois de « politique énergétique ambitieuse » – la Région-capitale s’est fixé un objectif de 14 % de production d’électricité verte en 2025 (arrêté du 18 décembre 2015) –, la coopérative Energiris finance depuis plus de deux ans des projets d’énergie renouvelable dans le secteur public ou privé.

Pour se rembourser, elle capte ensuite les certificats verts (qui ont atteint en 2017 un montant record de 92 euros) et les primes éventuelles (par exemple pour la cogénération). Quant à l’heureux propriétaire des nouvelles installations, il bénéficie directement d’une économie d’énergie… sans avoir dû débourser un centime. Au final, le compte semble bon : Energiris a versé 3 % de dividendes à ses coopérateurs pour les années 2015 et 2016, lesquels devraient atteindre les 6 % (le maximum pour une coopérative à finalité sociale) pour 2017. Au total, 3.200.000 euros ont été injectés dans 25 projets via 439 coopérateurs.

Diversification

Si la coopérative a au départ financé l’installation de panneaux photovoltaïques, notamment dans les communes de Jette et de Molenbeek, elle a rapidement diversifié ses activités, que ce soit dans le remplacement de chaudières, la cogénération, l’isolation du toit, la régulation intelligente de la température, etc. « Dans les logements collectifs, une chaudière à cogénération permet d’économiser jusqu’à 30 % de CO2 par rapport à une chaudière au gaz. Avec les certificats verts, la cogénération est même un peu plus rentable que nécessaire. On arrive donc à proposer aux copropriétaires des mesures complémentaires, dans lesquelles on investit grâce aux bénéfices, comme l’installation d’une nouvelle toiture », explique Ismaël Daoud. C’est l’option qui a été retenue récemment pour la copropriété Marius Renard, située à Anderlecht. Un projet qui va aussi permettre à Energiris de « liquider » les 187 coopérateurs qui se trouvaient sur sa liste d’attente.

« Globalement, nous avons trop de succès vis-à-vis des citoyens et pas assez vis-à-vis des porteurs de projets. » Ismaël Daoud, Energiris

« Globalement, nous avons trop de succès vis-à-vis des citoyens et pas assez vis-à-vis des porteurs de projets (propriétaires privés ou pouvoirs publics qui s’engagent dans une rénovation/construction). Pour que nous puissions agir, il faut d’abord que les appels d’offres soient ouverts aux coopératives citoyennes : certains l’excluent, mais d’autres, au contraire, en font une condition ! C’est un bon signal », estime Ismaël Daoud. Dans un avenir proche et dès que son volume de production le permettra, Energiris envisage par ailleurs de devenir fournisseur, à la manière d’Ecopower en Flandre ou de Cociter en Wallonie. À suivre…

 

 

[1] Toward 100 % renewable energy in Belgium by 2050 – Final report December 2012, by Federal Planning Bureau (Economic analysis and forecasts), ICEDD, VITO (Vision on technology) :

« La facture d’énergie, cet obscur objet du déplaisir », Alter Échos n° 443, Martine Vandemeulebroucke, 25 avril 2017

Julie Luong

Julie Luong

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)