Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Archives

"École-entreprise : étude et initiatives des partenaires sociaux de l'industrie technologique"

02-07-2001 Alter Échos n° 101

Le CRD (le Centre de ressources et de diffusion des métiers industriels)1 créé à l’initiative des partenaires sociaux du secteur de l’industrietechnologique (Agoria Wallonie – ex-Fabrimétal –, FGTB-CMB et CSC-Métal)2, vient de proposer son premier rapport sur l’enseignement technique et professionnel enWallonie et à Bruxelles intitulé « Observatoire des filières de qualification ». Le CRD a récolté auprès des réseaux les chiffres defréquentation des différentes options industrielles (deuxième et troisième degrés ainsi que septième) dans l’enseignement secondaire qualifiant deplein exercice pour le années 1998-1999, 1999-2000 et 2000-2001.
On peut y souligner les constats suivants :
> si le nombre d’élèves inscrits en sixième dans l’ensemble des options concernées a progressé de 4 % de 1998 à 2001, 12 des 19 optionsconnaissent des baisses compensées par le succès de certaines formations comme « Technicien en informatique » ;
> au vu des chiffres de fréquentation des deuxième et cinquième degrés marqués par certaines baisses, le rapport craint que « l’embellie » del’année 2000-2001 ne soit que « conjoncturelle », tout en concédant que les prévisions sont difficiles sur ce plan ;
> les septièmes (principalement professionnelles) ont vu leur nombre d’inscrits baisser de 19,2 % entre 1998 et 2000
En comparant l’ensemble de ces chiffres aux besoins des entreprises, calculés (« en extrapolant et toutes choses restant égales par ailleurs ») sur la base des demandes actuelles,Jean-Yves Remacle, chargé de mission, évalue « à environ 3.000 par an le nombre de personnes que les entreprises du secteur en Wallonie et à Bruxelles doivent recruter ».Pourtant le CRD juge le nombre de 3.300 élèves présents en sixième et septième insuffisant pour les besoins en diplômés techniques sur le marchédu travail puisque tous n’y postuleront pas (échecs, poursuite des études…) et que tous ne seront pas recrutés dans l’industrie technologique.
Plus précisément, le rapport indique une « surcapacité d’élèves inscrits en sixième/septième dans les filières liées àl’électricité, à l’électronique et à l’électromécanique », mais un « manque important de futurs diplômés dans lesmétiers de la mécanique usinage et de la transformation du métal ». Il prédit une « rude concurrence entre les entreprises pour attirer les jeunes diplômés dansdes métiers bien précis comme soudeur, chaudronnier et usineur ». « L’Observatoire » va même encore plus loin dans le détail en analysant les déséquilibresprécis constatés dans les différents Comités subrégionaux de l’emploi et de la formation. Le risque d’erreur de prévision induit par unadéquationnisme trop important ne jouerait pas ici selon Eric Robert puisque les formations étudiées concernent des métiers de base.
À noter aussi que le rapport ne prend toutefois pas en compte les élèves de l’alternance « qui ne sont que peu représentés dans les filièresindustrielles (à peine 200) », selon Eric Robert.
Ce rapport conclut finalement à la nécessité d’encourager « la mobilité des jeunes travailleurs », de cibler tant sur le plan géographique que parfilières les opérations de valorisation du technique et de faire connaître ces chiffres aux dispositifs d’orientation. Plus généralement, il appellel’ensemble des partenaires du monde de l’éducation et de la formation à réaliser un « effort important », « afin qu’un maximum des jeunes quittel’école avec les qualifications attendues sur le marché du travail », les entreprises ayant « leur rôle à jouer dans cet effort en s’ouvrant davantage ». Àpartir d’octobre 2001, une banque de données permanente reprenant ces chiffres sera accessible sur le site http://www.technopass.be.
L’IFPM a par ailleurs pour la huitième année consécutive organisé des épreuves sectorielles auxquelles 90 jeunes ont participé ; et ce, en collaborationavec les centres d’excellence de Charleroi, Bruxelles et Liège dans lesquels ces élèves ont pu se perfectionner. Cette année les prix ont été remis, enprésence des ministres Hazette et Arena, le 27 juin lors d’un double concert offert à 1.200 élèves du qualifiant. Autres initiatives : la mise à ladisposition des écoles de deux didacticiels de formation en langue (voir : http://www.formaspeak.be) et organisation des entreprises.
L’ensemble de ces actions reçoit pleinement le soutien des deux syndicats qui soulignent qu’elles sont rendues possibles par les moyens que les ouvriers dégagent au traversde leurs conventions sectorielles et par la confiance dans cette collaboration avec Agoria. Interrogé sur les relations avec les syndicats enseignants, André Delory (CSC Métal)en a par contre souligné les difficultés, ses interlocuteurs n’appréciant pas la volonté du secteur Métal de « mettre de l’ordre dansl’enseignement qualifiant » ou ses propositions de recyclage en dehors des heures.
1 Bd de la Meuse 17 bte 13 à 5100 Jambes, tél. : 081 30 61 36, fax : 081 30 11 57, e-mail : CRDMETAL@swing.be.
2 Sa mise sur pied est le fruit d’un partenariat entre le Centre de perfectionnement et d’emploi (CPE) de Namur et l’IFPM, l’Institut de formation postscolaire del’industrie des fabrications métalliques, boulevard Reyers 80 à 1030 Bruxelles, tél. : 02 706 78 47, e-mail : eric.robert@agoria.be, contact : Eric Robert.

Donat Carlier

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)