Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Archives

"Délégation au développement du pentagone : bilan 1995-2000"

26-06-2000 Alter Échos n° 78

Le 13 juin, la Délégation au développement du pentagone 1 a présenté son bilan 1995-2000. Forte d’une équipe pluridisciplinaire de 8 personnes, laDélégation a pour mission principale la revitalisation du centre de Bruxelles. Dès sa mise en place, elle a entrepris de dresser un inventaire des sites à l’abandon dansle pentagone. En tout, elle a identifié 534 sites et en a débloqué 303 à ce jour 2 . Pour y parvenir, plusieurs moyens d’action ont étédéveloppés :
n la mise en place d’une « coordination interdépartementale de lutte contre les chancres », afin de coordonner les différentes actions à mener contre les biens à l’abandon 3(120 sites concernés) ;
n « les contacts personnalisés et répétés auprès des propriétaires défaillants » ont permis de débloquer 65 sites sur les 165 visés ;
n l’organisation de tables rondes pour sensibiliser les propriétaires et les convaincre (la moitié des 34 sites visés ont été débloqués) ;
n la bourse annuelle d’achat collectif d’immeubles a permis la réhabilitation de 20 sites ;
n la bourse permanente qui met en relation l’offre et la demande tout au long de l’année ;
n les contacts avec des investisseurs ont permis de débloquer une trentaine de site ;
n le projet Recyclart relatif à la réaffectation de la gare de la chapelle en espace culturel et en centre d’insertion socioprofessionnelle.
L’action des pouvoirs publics (Ville de Bruxelles, CPAS, SDRB) a porté sur 78 sites (86.500 m2 au sol). Côté privé, elle a concerné 207 sites (161.417 m2 au sol). Entout, 200 sites seront affectés au logement : 1.330 nouveaux logements sont déjà occupés, ils sont répartis sur 81 sites ; 875 autres logements devraient êtremis à la vente ou en location d’ici peu (51 sites) ; enfin, 880 logements devraient voir le jour d’ici 2 à 3 ans. D’après la Délégation, il y aurait moyen decréer 6.000 logements sur les 534 sites identifiés. Les deux autres types d’affectation portent, d’une part, sur les nouveaux équipements à vocatioe culturelle(Kladaradatsch Palace, Centre Galego, etc.) et, d’autre part, sur le bureau et l’hôtel.
En conclusion, les auteurs du bilan constatent que l’action de la Délégation est efficace, cependant « les biens à l’abandon restant sont de relativement petite taille, maisdisséminés sur l’ensemble du territoire ». Aussi, ils proposent de renforcer les différents moyens d’actions 4. Ils suggèrent également d’élaborer desméthodes spécifiques pour lutter contre les étages vides au-dessus des commerces.
1 La Délégation relève du département urbanisme de la Ville de Bruxelles. Elle a été mise sur pied en juin 1995. Sa mission se termine en juin 2001, maiselle devrait être reconduite. Bd Anspach 6, 12 étage à 1000 Bruxelles, tél. : 02 279 31 43, fax : 02 279 31 42.
2 Soit 57 % du nombre de sites ou 77 % du total de la surface des sols inoccupés.
3 La taxe sur les immeubles abandonnés et l’expropriation sont des moyens de pression et des mesures efficaces, mais elles comportent certaines limites. Un bilan plus complet sur la luttecontre les immeubles à l’abandon devrait être publié sous peu.
4 Ils soulignent néanmoins la lenteur des processus.

Alter Échos

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)