Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Archives

"Culture et économie sociale au programme de la mission locale d'Etterbeek"

21-02-2000 Alter Échos n° 69

À côté de formations plus classiques telles agent de maintenance, secrétaire médicale, juridique, femme de chambre, etc., la mission locale d’Etterbeek 1 s’estégalement lancée dans le développement de professions peu rencontrées jusqu’ici. Via le programme de transition professionnelle, elle a mis sur pied l’annéedernière une régie mobile au service de différentes associations culturelles etterbeekoises 2. D’une durée de deux ans, cette formation pourrait bientôt se voirtransformée en activité d’économie sociale et créer ainsi des emplois durables dans un secteur ou temps partiel et travail au noir sont légions. Selon MarcelBreuer, directeur adjoint de la mission locale, la demande est là et l’activité tout à fait solvable à condition qu’on puisse regrouper les différents employeurs etainsi mutualiser les besoins de main d’œuvre. Un projet pas encore réalisable pour l’instant puisque la loi belge interdit le regroupement d’employeurs. Une proposition de loi sur lesujet est cependant en préparation et un projet-pilote dans le domaine de l’agriculture a été mis en place dans la région de Charleroi 3. Dès le regroupementautorisé, la mission locale d’Etterbeek devrait s’atteler à la tâche, plusieurs associations se sont déjà montrées intéressées.
Calquée sur le même fonctionnement (le groupement d’employeurs), la mission locale participe également à la réflexion sur un projet d’économie sociale en«animation mobile». Baptisée «Réseau-coordination-enfance», l’entreprise pourrait créer 8 emplois PTP. Le principe est simple : une équipe«volante» d’animateurs prend en charge un espace-animation pour enfants, sorte de garderie mobile pour la grande distribution, les associations lors de leurs colloques, séminaires,etc. mais aussi pour les enfants des demandeurs d’emploi en formation.
Autre secteur, celui du bâtiment, mais ici encore même principe, la mission locale voudrait mettre en place un groupement d’entrepreneurs qui mutualiseraient leurs besoins en«petite maintenance d’appoint». Les pouvoirs publics rentreraient en ligne de compte pour la formation. Ici aussi la demande des entrepreneurs se fait pressante.
Manifestement lancée dans les projets d’économie sociale, la mission locale d’Etterbeek voudrait également se lancer dans la création d’une régie dedépannage pour les ménages précarisés (personnes âgées, chômeurs, minimexés, etc.).
Le domaine culturel occupe aussi une place importante dans les débouchés proposés par la mission locale. Ainsi 12 personnes ont suivi la formation doubleur de son«orientation cinéma/publicité» organisée en 99. Petite déception à l’arrivée, aucune n’a pu trouver du boulot, le secteur s’est montréréticent à l’engagement. Consolation toutefois, les personnes qui ont bénéficié de la formation se sont regroupées et ont monté une pièce dethéâtre sur le secteur de l’insertion socioprofessionnelle à Bruxelles en collaboration avec Nathalie Ufner du Théâtre de la Toison d’Or 4. La pièceintitulée «On m’avait dit qu’on me donnerait du travail» a été montrée un peu partout à Bruxelles et se jouera dans les prochains jours authéâtre du Point-Virgule, toujours à Bruxelles. La troupe est à présent structurée et gère elle-même ses contrats.
Des formations plus collectives sont en préparation dans le domaine de la rénovation légère en bâtiment ainsi qu’une formation de technicien polyvalent dans lesmétiers connexes du cirque et de la création d’événements. Une demande de cofinancement a été introduite auprès du FSE dans le cadre de l’appelà candidature 2000-2001 de l’objectif 3. La mission locale est pour ce faire en relation avec le Cirque du Soleil basé au Canada. Une rencontre est prévue avec l’équipe ducirque et le ministre de l’Emploi, Éric Tomas, le 3 mars pour envisager des pistes de collaboration. À suivre…
1 Mission locale d’Etterbeek, rue Beckers 4 à 1040 Etterbeek, tél. : 02 627 22 50 & 53, fax : 02 627 22 51
2 Voir AE n° 47 du 1er mars 99 p. 7.
3 Voir AE n° 68 du 7 février 00 p. 7.
4 Voir AE n° 47 du 1er mars 99 p. 7.

Alter Échos

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)