Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Archives

City Mine(d) lance un micro-marché en guise d'intervention urbaine

En 2006, forte de son expérience en interventions urbaines, l’asbl bruxelloise City Mine(d)1 avait lancé une réflexion sur l’emploi et l’économie àBruxelles, s’inscrivant dans la dynamique du « Generalized Empowerment ». Après la théorie, voici la pratique : le Micro-Marché/Markt-Midi (MMM).

28-08-2007 Alter Échos n° 233

En 2006, forte de son expérience en interventions urbaines, l’asbl bruxelloise City Mine(d)1 avait lancé une réflexion sur l’emploi et l’économie àBruxelles, s’inscrivant dans la dynamique du « Generalized Empowerment ». Après la théorie, voici la pratique : le Micro-Marché/Markt-Midi (MMM).

Au cours de divers workshops et débats organisés en 2006, City Mine(d) avait invité différents acteurs et experts des secteurs artistique et de l’économiesociale bruxellois. Objectif : réfléchir à comment faire émerger une économie sociale et durable par le biais d’interventions urbaines. Très vite,l’idée de mettre sur pied un micro-marché avait émergé. Mais sa concrétisation et le choix de son emplacement s’étaient heurtés à de nombreuxproblèmes, pour l’essentiel d’ordre administratif.
Tout en continuant à murir le projet, City Mine(d) est parvenu à lever les obstacles et à obtenir les autorisations de la Ville de Bruxelles. Le Micro-Marché/Markt-Midi(MMM) devrait voir le jour sur l’avenue de Stalingrad, ce dimanche 9 septembre, de 10 h à 15 h – pour être décalé par rapport aux horaires du marché deBruxelles-Midi se trouvant à deux pas de là. Le marché aura le statut d’expérience-pilote jusqu’à la fin décembre. Pour la mise en œuvre, l’asbltravaille en partenariat avec le Beursschouwburg et Overmolen vzw, une asbl d’insertion socioprofessionnelle.

Trois pôles pour un micro-marché

Le micro-marché se composera de trois pôles. Tout d’abord, un pôle de ventes regroupera :
• des professionnels qui possèdent la carte de marchand ambulant, des personnes qui ont le « statut d’artiste-chômeur » et des salariés qui font cela demanière occasionnelle ;
• des personnes qui touchent des allocations (chômage, revenu d’intégration sociale, etc.) et qui pourraient obtenir la carte de vendeur ambulant, tout en bénéficiantd’une structure « parapluie » (sous réserve) ;
• des personnes encadrées par Overmolen et engagés par ARIS (Febecoop) dans une optique d’économie sociale.
Le pôle échanges regroupera des systèmes d’échanges de savoir, Bru-SEL, le SEL Atlas – monté dans le cadre d’un contrat de quartier à Anderlecht -, etune foire aux savoirs-faire. Enfin, le troisième pôle sera résolument artistique pour organiser des spectacles sur le marché même.

On y trouvera dix stands : cinq pour la vente de produits, trois pour la vente de nourriture, un pour accueillir le pôle échanges et le dernier pour les interventions artistiques. Ilsera possible de l’agrandir ultérieurement si le besoin s’en fait sentir.

Les produits

« Le but n’est pas de concurrencer le marché du Midi ou les commerces alentours, précise Sofie Van Bruystegem de City Mine(d). Un plan de communication sera organiséavec Atrium – l’Agence régionale pour l’investissement urbain et le management transversal des quartiers commerçants – pour sensibiliser les commerçants de l’avenuede Stalingrad. Et il n’y aura pas de risques que les produits vendus sur le MMM concurrencent ceux du marché du Midi ».

En effet, les conditions concernant les produits sont très pointues :
• les produits devront être des créations originales des marchands ou des importations se distinguant par une « touche » personnelle. Les simples produitsd’import/export sont refusés ;
• « le marchand est attentif à la durabilité de ses produits (recylage, consommation d’énergie, réduction des déchets, etc.) » ;
• « chaque marchand respecte la législation en vigueur : loi sur l’établissement, hygiène, sécurité ; soit de façon autonome, soi via la structureadministrative mise en place par le MMM » ;
• “les produits ou, au minimum, leur présentation doivent être innovants (l’artisanat traditionnel est accepté uniquement à condition qu’il comporte uneplus-value)”.

Pour plus d’infos, City Mine(d) met à disposition un numéro de téléphone spécifique (02 550 03 54) et un formulaire de demande sur le lien : http://micronomics.citymined.org. Les places étant limitées, il convient de réserver au plus tôt.

1. City Mine(d), rue des Chartreux, 43 à 1000 Bruxelles
– tél. : 02 779 59 00
– courriel : info@citymined.org
– site : www.citymined.org

Baudouin Massart

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)