Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Archives

"Bilan des projets Urban pour la Cité du Coq à Jemappes"

13-06-2000 Alter Échos n° 77

Le rapport évaluant l’efficacité du programme Urban II à Mons pour l’année 1999 vient de sortir. On y apprend que trois personnes ont été engagéespour assurer la coordination d’une agence de développement local dont les locaux sont encore en construction. Quatre réunions ont eu lieu en 1999, qui ont permis de jeter les bases decette ADL, réunions auxquelles ont participé un évaluateur neutre, de l’ULB ainsi que les principaux représentants des opérateurs de terrain. De ces réunionsa découlé la création d’un « parlement » ou plate-forme stratégique, constitué d’une vingtaine d’associations et d’organismes1ülocaux et d’habitants élusdu quartier. Un « gouverne- ment » ou comité de liaison a été également créé, constitué d’une personne par association et de 9 « piliers », soutenus pardes cellules de travail œuvrant dans les domaines du social, de la sécurité, de la culture ou de la réinsertion et de la formation.
Autre axe à retenir : l’aménagement d’espaces de convivialité. Si une Maison de la convivialité fonctionne déjà en attendant de se développer 2, laconvivialité passe aussi par la construction d’une « voirie de désenclavement » utilisable en toute sécurité par les TEC, mais aussi par sa mise en valeur à laquelleont participé, sous forme d’une formation en « protection et qualité de l’environnement », des stagiaires appartenant à un public précarisé 3.
Quant à la boutique de vêtements de seconde main, le bilan s’avère positif puisque sur les presque 600 vêtements reçus, 149 ont été revendus et 59raccommodés (notamment par cinq stagiaires), tandis qu’on évalue à 484 le nombre de vêtements lavés et repassés. Positive aussi l’antenne de garderied’enfants. Ses animateurs assurent en plus de la fonction garderie, un travail de compagnonnage destiné à une parentèle souvent soumise à des emplois précaires, desproblèmes de voisinage ou de vie de couple 4.
1 Deux membres par organisation, dont la Sorelobo (société de logements sociaux dirigée par le beau-fils de l’actuel bourgmestre de Mons), les CPAS, mais aussi l’ASBL »Chantecler » qui coordonne la revue locale.
Des ateliers « musique » y ont lieu, ainsi que diverses formations ; des réunions et des loisirs coordonnés par des associations locales telles que la bibliothèque communale deJemappes, ou la communauté africaine de la cité du Coq ou l’agence-conseil Ecomons.
3 Ces formations sont notamment assurées par la firme Artes (menuiserie et horticulture) et par l’ASBL « La renouée » (entreprise d’apprentissage par le travail spécialiséeen horticulture).
4 Deux puéricultrices engagées plus une assistante sociale.

Alter Échos

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)