Alter Échosr
Regard critique · Justice sociale

Archives

Aide à la jeunesse : plus de moyens pour assurer les normes d'encadrement

Les suites de la conférence de presse du 3 mars organisée par l’Inter-Fédérations de l’Aide à la jeunesse (Ifaj)1 et de la rencontre entre ladélégation improvisée par celle-ci et le cabinet Fonck2, se concrétisent dans une note technique réalisée sur la base des demandesexprimées par l’Inter-Fédérations.

06-06-2008 Alter Échos n° 253

Les suites de la conférence de presse du 3 mars organisée par l’Inter-Fédérations de l’Aide à la jeunesse (Ifaj)1 et de la rencontre entre ladélégation improvisée par celle-ci et le cabinet Fonck2, se concrétisent dans une note technique réalisée sur la base des demandesexprimées par l’Inter-Fédérations.

Pour rappel, le secteur de l’Aide à la jeunesse avait exprimé sa colère et ses inquiétudes à propos de la négociation de revendications relativesaux normes d’encadrement et au manque de moyens des services. À la suite de cette rencontre entre la délégation et le cabinet Fonck, ce dernier s’étaitengagé à réaliser un plan d’affectation du budget de 1,5 million d’euros. Plan d’affectation également demandé par le cabinet de Marie Arena (PS),alors ministre-présidente de la Communauté française, qui s’était inquiété de la réaction du secteur.

Sur la base de cette note technique, la ministre de l’Aide à la jeunesse, Catherine Fonck (CDH), propose donc au gouvernement d’augmenter les normes d’encadrement de quatretypes de services. Cette augmentation de moyens, limitée au million et demi d’euros, pourra, espère la ministre, être multipliée grâce à l’appui desRégions via les aides à l’emploi (APE, ACS).

Et Yves Polomé, attaché au cabinet Fonck, de préciser qu’un renfort pour le résidentiel aura bien lieu par l’octroi d’un mi-temps supplémentaire pourles équipes de 15 prises en charge (ce qui fera 7 ETP1), point qui était essentiel dans les revendications de l’Ifaj afin de répondre aux nouvelles contraintesde droit social (travail de nuit) et aux missions de plus en plus spécifiques des Services d’accueil et d’aide éducative.

Pour les services d’accueil spécialisés de la petite enfance (SASPE), alors que cette priorité n’était, du moins dans un premier temps, pas reprise dans lesdemandes du secteur dans ce cadre de négociation, une revalorisation des équipes était, et est, restée une priorité indiscutable pour le cabinet. Ce renforcement demoyens se fera par le biais d’emplois APE et ACS.

Yves Polomé confirme également l’octroi des 3 ETP demandés pour deux centres d’orientation éducative (COE), le Soft à Huy etGénérations à Bruxelles. Ces deux COE sont en fait les deux dernières équipes à compter moins de 5 ETP. Ce renfort permettra d’ouvrir 55 prises encharge supplémentaires et d’assurer la continuité et la qualité de ces services et de leur fonctionnement. Ce point n’avait au départ pas reçul’attention espérée par l’Ifaj.

Une confiance restaurée

Et pour les services de placement familial (SPF), 5,5 ETP supplémentaires seront répartis entre les 15 services en fonction de leur taille (par 1/4 ETP). Ces emploisnécessaires pour répondre à la masse de travail en augmentation constante (réintégration, réaménagement de la fonction parentale, maintien du lien,etc.) seront ouverts, confirme Yves Polomé, à la fonction de psychologue. Cette augmentation du cadre était une priorité du plan de l’Aide à la jeunesse2008-2010.

Ces emplois seront mis en place en confortant les emplois APE, ACS et Maribel déjà présents dans les différents services (qui sont donc hors cadre AAJ) en lesintégrant à la norme Aide à la jeunesse (emplois cadre). Pour les services qui n’ont aucun de ces emplois, des emplois cadre AAJ seront alors créés.

« Les revendications du secteur de l’Aide à la jeunesse, par la voie de l’Ifaj, semblent avoir reçu l’écho espéré et se retrouver dans lanote technique que le gouvernement analysera et devrait logiquement adopter le 20 juin », souligne avec optimisme Olivier Body, de l’inter-Fédérations. La note techniquen’a pas encore été transmise au secteur mais la confiance est de mise, même si les négociations dépendent parallèlement aussi de la Régionwallonne (pour les emplois APE) et de la Communauté française qui devra financer le solde de ces emplois.

1. Inter-fédérations AAJ :
– adresse : chaussée de Boondael, 6 à 1050 Bruxelles
– courriel : interaaj@scarlet.be
Communiqué de presse de l’Ifaj du 29 février 2008.
2. Cabinet Fonck :
– adresse : bd du régent, 37-40 à 1000 Bruxelles
– tél. : 02 788 83 11
– courriel : cabinet.fonck@cfwb.be

nathalien

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)