Pierre Jassogne

Pierre est devenu journaliste en 2010 après des études en lettres lors desquelles il se passionne pour les rapports entre littérature et presse. Enfant, il voulait déjà devenir journaliste et se revoit très bien ennuyer parents et voisins en faisant des interviews avec un enregistreur Fisher Price à cassette avec micro incorporé pour un journal parlé imaginaire. Bref, il avait ce métier dans le sang, mais à la naïveté de ses premiers pas, sa conception du journalisme a rapidement évolué : au début, il était dans le flux de l’info, de l’événement, du scoop à tout prix, mais a très vite décroché pour tenter d’autres voies à l’instar de sa collaboration avec Alter Échos commencée en 2012. Selon Pierre, le journalisme doit être dans les marges du réel, en refusant l’évidence, en allant au-delà de ses propres convictions aussi, en se frottant aux contrastes du monde, mais en y puisant chaque fois une certaine expérience des hommes, des choses, à travers des visages ou des sensations. Idem pour le social : au-delà des politiques menées, des subsides octroyés, des noms de ministres, il en va davantage du témoignage d’un engagement, d’une conviction portée par des citoyens, souvent anonymes, pour rendre ce monde un peu plus juste, un peu plus vrai. « Comme journaliste, on tente de rendre audibles ces preuves de résistances humaines face au discours inquiétant de la financiarisation à outrance, du populisme politique ou de la numérisation sans visage ». « Se reposer ou être libre », disait le philosophe grec Thucydide, quatre siècles avant notre ère. Face à la montée de l’insignifiance, il en va de même pour le journalisme, même si la tâche est grande, difficile, mais néanmoins stimulante et passionnante.

Ses articles

Des familles touchées par la peine

07-01-2020

Une incarcération n’impacte pas seulement un détenu, mais aussi sa famille et ses proches. Le maintien des liens familiaux constitue d’ailleurs l’un des facteurs essentiels pour la réinsertion de la personne détenue. Mais existe-t-il un droit au maintien des [...]

Loverboys : les liaisons dangereuses

18-12-2019

Les loverboys, des prédateurs sexuels, recrutent leurs victimes, adultes comme mineures, pour les enrôler par la séduction dans la prostitution. Leur cible: des jeunes filles vulnérables belges mais aussi étrangères. Si le phénomène est particulièrement suivi en Flandre, la sensibilisation est bien moindre côté francophone.

« Il m’a détruite psychologiquement »

18-12-2019

Les loverboys sont des jeunes hommes qui prostituent leurs petites amies au moyen de pressions psychologiques. Alter Echos consacre dans son dernier numéro une vaste enquête à ce phénomène. Pascale a été victime d’un loverboy au début des années 90. Si le terme n’existait pas encore – il apparaît aux Pays-Bas en 1995, ce recrutement par la séduction était déjà bien réel…

Le retour du primitif flamand

25-11-2019

La caricature a fait le tour des réseaux sociaux : – « Papa, c’est quoi les primitifs flamands ? » – « Des gens qui économisent sur la culture, chérie. » C’est que la nouvelle a fait l’effet d’une bombe, le gouvernement de Jan Jambon (N-VA) [...]

Activation : une marche en arrière pleine d’avenir

25-11-2019

25 ans qu’Alter Échos explore les politiques sociales en Wallonie et à Bruxelles. Chaque mois, notre revue a décidé de replonger dans ses archives. Pour ce premier exercice, on évoque l’activation… Et le bilan est sans appel. 

Gwenola Ricordeau : « La punition de certains auteurs de féminicides n’a pas fait baisser leur nombre »

25-11-2019

Avec «Pour elles toutes – Femmes contre la prison» (Lux Éditeur, 2019), Gwenola Ricordeau, professeure assistante en justice criminelle à la California State University, réalise un petit miracle, celui de faire converger luttes féministes et luttes pour l’abolition du système pénal et de la prison, deux mouvements souvent présentés comme antagonistes. Son dernier essai explore les formes de protection que les femmes peuvent attendre ou pas du système pénal, en mettant en lumière les manières dont celui-ci affecte leur existence, qu’elles soient incarcérées ou qu’elles aient des proches en pris

Les droits de l’homme rendent-ils idiot ?

25-11-2019

Ainsi les droits de l’homme seraient réduits à n’être qu’une forme de bien-pensance pour crétins. Une posture assumée par nombre de responsables politiques pour dénoncer le piège de ces droits inaliénables. Justine Lacroix et Jean-Yves Pranchère, professeurs à l’ULB, [...]

Une partie de campagne

16-10-2019

Bien que moins visible qu’en ville, la prostitution à la campagne ne connaît pas la crise. Dans les provinces de Namur et de Luxembourg, le Net a considérablement changé la donne avec de plus en plus de travailleuses indépendantes qui reçoivent à domicile.

G4S pour réinsérer des détenus

16-10-2019

À Malines, une maison de transition accueillera prochainement une quinzaine de détenus pour les réinsérer en vue de leur libération. Pour les encadrer, ils seront suivis 7j/7 par la société privée G4S. Un choix qui suscite le malaise auprès des associations et des criminologues.

Pauvreté infantile : les communes en première ligne

15-10-2019

La Fédération des CPAS et la Fondation Roi Baudouin organisaient ce 14 octobre une journée consacrée à la pauvreté infantile. Moyen de rappeler le rôle essentiel des communes pour agir auprès des citoyens les plus jeunes.  En Belgique, un [...]

La lumière juste à l’endroit juste

27-08-2019

« La clarté, c’est une juste répartition d’ombres et de lumières », écrivait Goethe. Et en la matière, Isabelle Corten est une experte. Cette architecte a fait de la lumière sa passion. Elle mêle urbanisme et expériences citoyennes, en cherchant à [...]

Les passions, des détecteurs d’inégalités

27-08-2019

La peur, l’indignation, l’empathie ou l’humiliation sont devenues les moteurs des grandes transformations de notre époque. Pour la philosophe italienne et chercheuse au CNRS Gloria Origgi, les passions apparaissent comme des facteurs déterminants de nos choix politiques et sociaux. [...]