Partager par e-mail Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur LinkedIn Partager sur Google+ Impression
Autres secteurs
Aujourd'hui, Mohammed et Yasmina peinent à rejoindre au home Ferdinand et Raymonde.

Vieillir ensemble

Alter Échos n° 421 13 avril 2016 Pierre Gilissen

La première génération d’immigrés turcs et marocains est largement à l’âge de la retraite. Pas sûr que le secteur des maisons de repos soit prêt à les accueillir.Fin 2014, Bert Anciaux (SP.A), administrateur délégué de De Overbron, annonçait que ce centre de repos et de soins de Neder-over-Heembeek avait décidé de réserver quelques places à des musulmans retraités. Mais il n’y en a toujours aucun. «Les discussions avec les riverains et le personnel vont bon train mais nous n’y sommes pas encore, déclare-t-il aujourd’hui. Les premiers mois, nous avons dû faire face à une avalanche de réactions ...

Le contenu de cet article est réservé aux abonnés payants d’Alter Echos. Consultez nos offres d'abonnement ou connectez-vous à l'aide du formulaire de connexion ci-dessous.

La première génération d’immigrés turcs et marocains est largement à l’âge de la retraite. Pas sûr que le secteur des maisons de repos soit prêt à les accueillir.Fin 2014, Bert Anciaux (SP.A), administrateur délégué de De Overbron, annonçait que ce centre de repos et de soins de Neder-over-Heembeek avait décidé de réserver quelques places à des musulmans retraités. Mais il n’y en a toujours aucun. «Les discussions avec les riverains et le personnel vont bon train mais nous n’y sommes pas encore, déclare-t-il aujourd’hui. Les premiers mois, nous avons dû faire face à une avalanche de réactions ...

Le contenu de cet article est réservé aux abonnés payants d’Alter Echos. Consultez nos offres d'abonnement ou connectez-vous à l'aide du formulaire de connexion ci-dessous.

En savoir plus

La première génération d’immigrés turcs et marocains est largement à l’âge de la retraite. Pas sûr que le secteur des maisons de repos soit prêt à les accueillir.Fin 2014, Bert Anciaux (SP.A), administrateur délégué de De Overbron, annonçait que ce centre de repos et de soins de Neder-over-Heembeek avait décidé de réserver quelques places à des musulmans retraités. Mais il n’y en a toujours aucun. «Les discussions avec les riverains et le personnel vont bon train mais nous n’y sommes pas encore, déclare-t-il aujourd’hui. Les premiers mois, nous avons dû faire face à une avalanche de réactions ...

Le contenu de cet article est réservé aux abonnés payants d’Alter Echos. Consultez nos offres d'abonnement ou connectez-vous à l'aide du formulaire de connexion ci-dessous.

A la Une