Partager par e-mail Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur LinkedIn Partager sur Google+ Impression

Un premier Housing First à Schaerbeek

Alter Échos n° 360 21 mai 2013 Baudouin Massart

Importé des Etats-Unis, le Housing First vise la réinsertion immédiate des sans-abri dans un logement autonome, sans passer par les cases « maison d’accueil » et « logement de transit ». Porté par onze partenaires, un projet de ce type va voir le jour dans la Cité jardin du Foyer schaerbeekois

Le modèle actuel de réinsertion des sans-abri est dit en escalier ». Et pour cause. Le SDF passe d’abord de la rue à l’abri de nuit, puis dans un foyer collectif, ensuite dans un logement accompagné… Mais cela ne veut pas dire qu’in fine, il accèdera à un logement autonome. Nombre de sans-abri restent bloqués dans une forme de logement intermédiaire. Le Housing First prône une vision plus radicale : il faut fournir un logement autonome toute de suite, avec un accompagnement sur mesure. Gand a déjà mis sur pied un tel projet, Liège et Charleroi se sont inspirés du modèle, et Bruxelles est en train de concrétiser son premier Housing First.

L’asbl Smes-B1, active dans le secteur de la santé mentale et l’exclusion sociale, est la cheville ouvrière de ce projet porté par onze partenaires. Il procède en ce moment au recrutement d’un(e) coordinateur(trice) mi-temps et de deux accompagnateurs(trices) psychosociaux mi-temps pour la gestion quotidienne. Tous trois entreront en fonction au 1er juin. L’objectif est d’accueillir les premiers habitants au début de l’automne. Le Foyer schaerbeekois met six logements à disposition pour personnes seules, répartis dans trois petits bâtiments de la cité jardin Terdelt, où « la structure du bâti et la mixité de son public semblent favoriser ce type de projet (à l’inverse des grandes tours avec ascenseur où les habitants ne se croisent pas). »

Des problématiques « santé mentale »

« Les candidats locataires n’ont pas encore été sélectionnés », nous explique Sébastien Alexandre du Smes-B. Ils le seront en concertation avec les autres structures du secteur, partenaires ou non du projet. Pour pouvoir entrer dans un Housing First, la personne doit être SDF, en situation régulière sur le territoire et cumuler une problématique sociale à une problématique de santé mentale et d’assuétude. Plus précisément, le projet s’adresse « aux personnes en souffrance psychique, que ce soit sous forme aiguë ou chronique, cette souffrance constituant un obstacle à l’accès et/ou au bénéfice supposé d’un accès à une structure d’hébergement traditionnel, social ou psychiatrique ».

L’accompagnement psychosocial des personnes sera individualisé et construit avec la personne. Il s’appuiera sur le réseau d’acteurs gravitant autour du projet. Cet accompagnement sera bien entendu intensif lors de l’entrée dans le logement, avec des règles claires pour éviter des situations de sentiment d’échec. Par la suite, il s’agira d’assurer le suivi du locataire tant au niveau de la santé que de son insertion sociale dans son habitat. Signalons encore que c’est le locataire qui prend en charge le paiement de son loyer.

Les onze partenaires

Outre le Smes-B et le Foyer schaerbeekois, les neuf autres partenaires sont Diogènes, CAW Archipel Puerto/Maison de la Paix, Synersanté, le SALSL, le service de santé mentale La Gerbe, le Projet Lama, le CHU Saint-Pierre, le Centre Transit et le CPAS de Schaerbeek.

1. Smes-B :
– adresse : rue Haute, 322 à 1000 Bruxelles
– tél. : 02 535 44 66 ou 0474 96 30 40
– site : http://www.smes.be
– courriel : coordinationreseau@smes.be

Aller plus loin

Alter Echos n° 347 du 18.10.2012 : Housing First : une clef contre le sans-abrisme

Pssssttt, cher.chère visiteur.euse du site d’Alter Échos !!!

Sache que ta présence sur notre site nous réjouit. Sache aussi que nous sommes heureux que vous soyez si nombreux.ses à nous suivre sur le web. Nous avons choisi de mettre en accès libre une grande partie de nos articles … pour le partage & pour répondre à notre mission d’éducation permanente. Mais produire une information de fond & de qualité implique un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous à nos revues !

A la Une