Partager par e-mail Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur LinkedIn Partager sur Google+ Impression
Edito
Les plaisirs de cet hiver...

Sursaut

Alter Échos n° 413 25 novembre 2015 Sandrine Warsztacki

Sur la route vers les bureaux d’Alter, ce matin, beaucoup de bleu et de kaki. Depuis la tuerie dans le Musée juif et l’attentat contre Charlie hebdo, j’avais presque fini par m’habituer à croiser des hommes armés sur le trajet qui me fait traverser la ville pour rejoindre Saint-Gilles. Comme la valse des hélicos dans le quartier européen, les militaires postés devant la synagogue ou en face du palais de justice ont fini par faire partie du paysage bruxellois.

Une ambulance traverse la place Royale sirène hurlante. Un bruit sourd retentit. Indéfini. Inoffensif. Sur le trottoir, un groupe de filles sursaute en poussant des cris de souris. Je ne peux empêcher mes mains de se crisper une fraction de seconde sur les freins de mon vélo. Est-ce qu’on s’habitue à ça aussi?

Vingt minutes et une tasse de café chaud plus tard, assise devant mon ordinateur, je passe en revue le chemin de fer du prochain numéro d’Alter Échos, comme on désigne dans le jargon journalistique l’esquisse de pagination d’un magazine en cours de préparation. Au sommaire, un article d’analyse sur la mise en œuvre des parcours d’intégration, une carte blanche sur la déconstruction des préjugés et la couverture d’un colloque organisé par la Cocof en octobre sur la cohésion sociale… à Paris!

Investir dans le social, c’est aussi investir dans notre sécurité.

Quelle réponse donner aujourd’hui face à la terreur que nous inspire le radicalisme? Jan Jambon préconise de «nettoyer Molenbeek», Bart De Wever, de supprimer le Sénat pour allouer son budget à la sécurité… D’autres voies, heureusement, ont pu aussi se faire entendre pour rappeler que la peur est mauvaise conseillère et qu’investir dans le social, c’est aussi investir dans notre sécurité. «Ce vendredi 13 n’est pas annonciateur d’apocalypses, nous écrivent des acteurs du secteur jeunesse, dans une carte blanche. Au-delà de la folie barbare et de la haine, c’est un signal d’alarme, un de plus. Nous devons en tenir compte et y réagir si nous voulons ne pas vivre, demain, dans le conflit permanent. Aussi, nous en appelons aux gouvernants: il est nécessaire de proposer un contrat social et une société plus juste valorisant un vivre-ensemble fondé sur davantage d’équilibre, de cohésion, de débats démocratiques et de solidarité.»

Pssssttt, cher.chère visiteur.euse du site d’Alter Échos !!!

Sache que ta présence sur notre site nous réjouit. Sache aussi que nous sommes heureux que vous soyez si nombreux.ses à nous suivre sur le web. Nous avons choisi de mettre en accès libre une grande partie de nos articles … pour le partage & pour répondre à notre mission d’éducation permanente. Mais produire une information de fond & de qualité implique un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous à nos revues !

A propos de l'auteur

Sandrine Warsztacki

Sandrine rêvait de devenir glaciologue. Ou marchand de glaces. Elle a fini par vendre des articles sur papier glacé. Parce qu’elle a plus la bosse des lettres que des maths, Sandrine a étudié le journalisme et l’anthropologie à l'ULB. Aujourd’hui, Sandrine est rédactrice en chef d'Alter Échos. Pour elle, le social, c’est «un ensemble de travailleurs bien plus courageux qu’elle qui se battent au quotidien pour un monde plus juste». Et l’info, ce sont «des lignes qui peuvent parfois changer le cours des événements». Son héros : Jack London. sandrine [dot] warsztacki [at] alter [dot] be

A la Une