Partager par e-mail Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur LinkedIn Partager sur Google+ Impression
Alter Échos n° 429-430

Santé mentale: des normes à en perdre la tête

28 septembre 2016

Avez-vous encore toute votre tête? Souffrez-vous de dépression ou plutôt de troubles identitaires? Comme en médecine, le diagnostic occupe en psychiatrie une place centrale. Pourtant la souffrance psychique et les étiquettes qu’on lui colle sont aussi une affaire de normes. La santé mentale et ses soins se sont échafaudés selon les représentations culturelles, sociales, de genre de la société dans laquelle ils évoluent (lire «La santé mentale inégale avec les femmes»; «Philippe Woitchik, le psychiatre des diversités»).

De ces étiquettes résultent des traitements de choc (lire «Un parcours de dingue»), des parcours de soins vs des sanctions (lire «Expertise psychiatrique: entre soin et sanction») et, parfois, un autre type de souffrance (lire «Transidentités, pour un autre type de parcours»).

La tête bien sur les épaules, des alternatives se démènent pour déconstruire les stéréotypes (lire «Qui est in? Qui est out?»), pour recréer autrement une meilleure santé mentale (lire «Le social est dans la tête»).