Partager par e-mail Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur LinkedIn Partager sur Google+ Impression
Social

Sans-abrisme au féminin

Alter Échos n° 426 28 juin 2016 Julie Luong

Les femmes sans abri présentent des trajectoires de vie distinctes de celles de leurs homologues masculins. Souvent marquées par la violence conjugale et une relative invisibilité dans l’espace public, doivent-elles bénéficier de mesures spécifiques?Depuis quelques années, les femmes seraient plus nombreuses à vivre dans la rue; celles qui arrivent dans des structures d’accueil seraient aussi «plus abîmées». C’est ce que met en avant un état des lieux de la Strada (Centre d’appui au secteur bruxellois d’aide aux sans-abri) publié récemment sur la situation des femmes usagères des services d’ai...

Le contenu de cet article est réservé aux abonnés payants d’Alter Echos. Consultez nos offres d'abonnement ou connectez-vous à l'aide du formulaire de connexion ci-dessous.

Les femmes sans abri présentent des trajectoires de vie distinctes de celles de leurs homologues masculins. Souvent marquées par la violence conjugale et une relative invisibilité dans l’espace public, doivent-elles bénéficier de mesures spécifiques?Depuis quelques années, les femmes seraient plus nombreuses à vivre dans la rue; celles qui arrivent dans des structures d’accueil seraient aussi «plus abîmées». C’est ce que met en avant un état des lieux de la Strada (Centre d’appui au secteur bruxellois d’aide aux sans-abri) publié récemment sur la situation des femmes usagères des services d’ai...

Le contenu de cet article est réservé aux abonnés payants d’Alter Echos. Consultez nos offres d'abonnement ou connectez-vous à l'aide du formulaire de connexion ci-dessous.

En savoir plus

Les femmes sans abri présentent des trajectoires de vie distinctes de celles de leurs homologues masculins. Souvent marquées par la violence conjugale et une relative invisibilité dans l’espace public, doivent-elles bénéficier de mesures spécifiques?Depuis quelques années, les femmes seraient plus nombreuses à vivre dans la rue; celles qui arrivent dans des structures d’accueil seraient aussi «plus abîmées». C’est ce que met en avant un état des lieux de la Strada (Centre d’appui au secteur bruxellois d’aide aux sans-abri) publié récemment sur la situation des femmes usagères des services d’ai...

Le contenu de cet article est réservé aux abonnés payants d’Alter Echos. Consultez nos offres d'abonnement ou connectez-vous à l'aide du formulaire de connexion ci-dessous.

A la Une