Partager par e-mail Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur LinkedIn Partager sur Google+ Impression

Relogeas crée Relog’Immo

Alter Échos n° 389 30 septembre 2014 Pierre Jassogne

Et si l’immobilier classique et rentable soutenait l’immobilier social? Depuis plusieurs années, c’est une idée qui a germé au sein de l’asbl Relogeas et qui se concrétise aujourd’hui à travers la création de la coopérative Relog’Immo.

L’association lancera en octobre Relog’Immo, une agence immobilière classique. Active sur la région de Charleroi et La Louvière, cette agence proposera, comme une agence classique, la prise en gestion de biens locatifs et des mandats de vente de biens immobiliers. Relog’Immo sera une société coopérative à finalité sociale qui financera l’activité de Relogeas au travers de prestations de services et de redistribution de bénéfices.

Depuis 1994, Relogeas rénove des bâtiments insalubres et loue ces logements, principalement d’insertion ou de transit, pour un loyer n’excédant pas 20% des revenus, à des personnes en difficultés sociales et financières, mal logées, sans abri ou en voie d’insertion socioprofessionnelle, en tentant une prise en charge responsable et solidaire des habitations par les locataires.

12.500 euros levés

L’agence immobilière Relog’Immo vient donc compléter cette offre d’actions en matière de logement et d’insertion. Concrètement, en prenant en gestion locative et en s’occupant de la vente des logements, l’agence assurera un service de qualité dans le respect scrupuleux de la déontologie liée au métier d’agent immobilier (transparence, responsabilité, absence de conflits d’intérêts…), tout en optimisant le financement de l’accompagnement social de personnes mal logées, ainsi que les bénéfices environnementaux. Le choix coopératif, quant à lui, est un moyen d’impliquer des citoyens et de conserver une éthique de travail propre à l’accompagnement social. «Notre projet est identique à celui d’une banque éthique. On ouvre une nouvelle possibilité, en trouvant un juste équilibre pour investir dans l’immobilier, tout en permettant d’alimenter le social», explique Anne-Catherine Rizzo.

Pas question donc de jouer sur la spéculation, puisque les parts de coopérateur ne donnent pas lieu à une rémunération. Une éthique qui a su convaincre: en effet, l’appel aux coopérateurs a dépassé les attentes de la directrice. Pour se lancer, l’association espérait atteindre la somme de 10.000 euros, elle a finalement atteint 12.500 euros. «On a reçu le soutien de personnes de Tournai, de Liège… C’était inattendu, mais cela prouve que ce projet social intéresse et qu’il pourrait être transférable à l’avenir dans d’autres régions.»

Pour la directrice de Relogeas, lancer ce projet avec Relog’Immo était une réelle nécessité pour poursuivre le travail lancé par Relogeas. «Sans cela, on mettait en péril nos missions, vu que nos subsides nous permettent uniquement de travailler avec deux temps pleins, alors qu’on occupe sept personnes», souligne Anne-Catherine Rizzo. «Puis, c’est aussi un constat qu’on a tiré: l’immobilier social coûte cher. Qui va encore loger les plus démunis? Il y avait une nécessité de passer par une coopérative qui pourra créer du logement moyen pour les revenus modestes et précaires.»

En savoir plus

Relogeas asbl: tél. : 071/31 40 07 – site: http://www.monceau-fontaines.be/site/index.php?option=com_content&view=article&id=32&Itemid=29

A la Une