Partager par e-mail Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur LinkedIn Partager sur Google+ Impression
Jeunesse (Aide à la)

Rachid Madrane: «C’est un premier refinancement, ce n’est pas rien»

Alter Échos n° 432 27 octobre 2016 Cédric Vallet

Après des années d’attente, le secteur de l’Aide à la jeunesse a appris qu’il allait être refinancé à hauteur de 11,3 millions. Revue de détail avec Rachid Madrane, le ministre en charge de l’Aide à la jeunesse.
Alter Échos: L’Aide à la jeunesse va être refinancée à hauteur de 11,3 millions d’euros (le secteur «pèse» 281 millions d’euros dans le budget 2016 de la Fédération Wallonie-Bruxelles, NDLR). Il y a plus mauvaises nouvelles à annoncer…
Rachid Madrane: Oui, «ça va mieux»… et cela fait plaisir car c’est une véritable petite révolution dans un secteur chroniquement sous-financé. Ce plaisi...

Le contenu de cet article est réservé aux abonnés payants d’Alter Echos. Consultez nos offres d'abonnement ou connectez-vous à l'aide du formulaire de connexion ci-dessous.

En savoir plus

Après des années d’attente, le secteur de l’Aide à la jeunesse a appris qu’il allait être refinancé à hauteur de 11,3 millions. Revue de détail avec Rachid Madrane, le ministre en charge de l’Aide à la jeunesse.
Alter Échos: L’Aide à la jeunesse va être refinancée à hauteur de 11,3 millions d’euros (le secteur «pèse» 281 millions d’euros dans le budget 2016 de la Fédération Wallonie-Bruxelles, NDLR). Il y a plus mauvaises nouvelles à annoncer…
Rachid Madrane: Oui, «ça va mieux»… et cela fait plaisir car c’est une véritable petite révolution dans un secteur chroniquement sous-financé. Ce plaisi...

Le contenu de cet article est réservé aux abonnés payants d’Alter Echos. Consultez nos offres d'abonnement ou connectez-vous à l'aide du formulaire de connexion ci-dessous.

A propos de l'auteur

Cédric Vallet

Cédric nous vient tout droit du Sud… de la France, de Montpellier précisément. D’ailleurs, s’il ne devait pas travailler, il passerait son temps à jouer à la pétanque. Avec son collègue Julien Winkel, il forme le « pôle excellence » de la rédaction d’Alter Échos. Ce qui explique que son héros, c’est ledit Julien Winkel, dans ses grands jours. Doté d’un sens de l’humour bien aiguisé dont il fait souvent montre dans ses papiers, Cédric nous définit le social comme un bolo au Verschueren ; « ça n’existe plus mais c’était « social ». Il pratique le journalisme pour contredire tout le monde, tout le temps, à commencer par lui-même. cedric [dot] vallet [at] alter [dot] be

A la Une