Partager par e-mail Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur LinkedIn Partager sur Google+ Impression
Social
© Kanar

Quotidien dans un CPAS rural

Alter Échos n° 421 13 avril 2016 Nathalie Cobbaut

Christine Vecqueray est médiatrice de dettes au CPAS de Herve depuis 19 ans. Seule aux commandes, si les conditions de travail au sein du CPAS ne posent pas de problèmes particuliers, en revanche les dossiers se complexifient et donnent parfois l’impression à cette médiatrice de rattraper les bourdes d’autres opérateurs.Lorsque j’appelle Christine Vecqueray, elle précise d’emblée: «Je n’ai pas de remarque particulière à faire sur la structure dans laquelle je travaille. Je suis la médiatrice de dettes pour le CPAS de Herve et on me fait confiance. Je travaille dans le même esprit avec les pers...

Le contenu de cet article est réservé aux abonnés payants d’Alter Echos. Consultez nos offres d'abonnement ou connectez-vous à l'aide du formulaire de connexion ci-dessous.

Christine Vecqueray est médiatrice de dettes au CPAS de Herve depuis 19 ans. Seule aux commandes, si les conditions de travail au sein du CPAS ne posent pas de problèmes particuliers, en revanche les dossiers se complexifient et donnent parfois l’impression à cette médiatrice de rattraper les bourdes d’autres opérateurs.Lorsque j’appelle Christine Vecqueray, elle précise d’emblée: «Je n’ai pas de remarque particulière à faire sur la structure dans laquelle je travaille. Je suis la médiatrice de dettes pour le CPAS de Herve et on me fait confiance. Je travaille dans le même esprit avec les pers...

Le contenu de cet article est réservé aux abonnés payants d’Alter Echos. Consultez nos offres d'abonnement ou connectez-vous à l'aide du formulaire de connexion ci-dessous.

A propos de l'auteur

Nathalie Cobbaut

Nathalie ne manque pas d’héros/héroïnes. Pêle-mêle : Truman Capote, Renaud quand il savait encore chanter, Isadora Duncan, Jessica Lang dans les bras de King Kong, Wes Anderson et Émile Zola. Originaire de Bruxelles, Nathalie alias « the brain » commence par des études de droit - selon les standards de l’époque, « il faut faire des études sérieuses -, » avant de s’attaquer au journalisme. Elle aimerait habiter son rêve : « écrire des histoires de gens ». En attendant son heure, elle fait du journalisme parce que la curiosité est une magnifique qualité qui permet d’informer, analyser, critiquer et d’accéder à la complexité. nathalie [dot] cobbaut [at] alter [dot] be

A la Une