Partager par e-mail Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur LinkedIn Partager sur Google+ Impression
Vivre ensemble
La «Pens(i)onsQuartier» a été lancée en novembre 2013 à Neder-Over-Heembeek (© KennisCentrum)

Pens(i)onsQuartier, l’autre réseau social

14 mars 2017 Pierre Jassogne

Mis en place depuis 2013, Pens(i)onsQuartier se développe dans la capitale pour créer des réseaux de voisins dévoués à l’entraide, notamment auprès des seniors.

«Il n’y a pas de permanence?», s’inquiète Dominique, en ne voyant pas Jean-Louis, le coordinateur d’une des quatre antennes du projet Pens(i)onsQuartier, celle installée rue Van Artevelde, en plein centre de Bruxelles. Depuis quatre mois, Dominique participe à cette initiative. Chaque jeudi, entre 14 et 16 heures, elle retrouve les autres bénévoles. «C’est l’occasion de se connaître dans le quartier, mais surtout de pouvoir aider le...

Le contenu de cet article est réservé aux abonnés payants d’Alter Echos. Consultez nos offres d'abonnement ou connectez-vous à l'aide du formulaire de connexion ci-dessous.

Mis en place depuis 2013, Pens(i)onsQuartier se développe dans la capitale pour créer des réseaux de voisins dévoués à l’entraide, notamment auprès des seniors.

«Il n’y a pas de permanence?», s’inquiète Dominique, en ne voyant pas Jean-Louis, le coordinateur d’une des quatre antennes du projet Pens(i)onsQuartier, celle installée rue Van Artevelde, en plein centre de Bruxelles. Depuis quatre mois, Dominique participe à cette initiative. Chaque jeudi, entre 14 et 16 heures, elle retrouve les autres bénévoles. «C’est l’occasion de se connaître dans le quartier, mais surtout de pouvoir aider le...

Le contenu de cet article est réservé aux abonnés payants d’Alter Echos. Consultez nos offres d'abonnement ou connectez-vous à l'aide du formulaire de connexion ci-dessous.

En savoir plus

Mis en place depuis 2013, Pens(i)onsQuartier se développe dans la capitale pour créer des réseaux de voisins dévoués à l’entraide, notamment auprès des seniors.

«Il n’y a pas de permanence?», s’inquiète Dominique, en ne voyant pas Jean-Louis, le coordinateur d’une des quatre antennes du projet Pens(i)onsQuartier, celle installée rue Van Artevelde, en plein centre de Bruxelles. Depuis quatre mois, Dominique participe à cette initiative. Chaque jeudi, entre 14 et 16 heures, elle retrouve les autres bénévoles. «C’est l’occasion de se connaître dans le quartier, mais surtout de pouvoir aider le...

Le contenu de cet article est réservé aux abonnés payants d’Alter Echos. Consultez nos offres d'abonnement ou connectez-vous à l'aide du formulaire de connexion ci-dessous.

A la Une