Partager par e-mail Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur LinkedIn Partager sur Google+ Impression
Fickr/CC Arileu

Parents en solo : flirt avec la précarité

Alter Échos n° 376 28 février 2014 Alter Échos

En préparant ce dossier nous n’avions pas prémédité qu’il partirait chez l’imprimeur le jour de la Saint-Valentin ! Nulle intention de notre part de jouer les troubles fêtes. Mais aujourd’hui, il faut bien admettre que le nombre de ruptures et de divorces est toujours plus important. Et avec lui, le nombre de familles qui risquent de tomber dans la pauvreté. Les familles monoparentales – comme le monde académique et administratif désigne généralement ces parents isolés qui éduquent leurs(s) enfant(s) sous leur responsabilité  financière – affolent les compteurs sociaux. De là à concevoir des politiques spécifiques pour soutenir ces familles, comme c’est le cas au Danemark ou en Suède, il y a un pas que la plupart des experts interviewés dans ce dossier ne franchissent pas. Pour eux, c’est une politique plus globale qu’il faut mener en termes d’accès à l’emploi, de mobilité, d’accueil des enfants.

Lire dans ce dossier :

Parents isolés : les allocs en mieux ?

L’épreuve du logement 

« Monoparentes » et exclues du chômage

« Ce sont des battantes mais aussi des femmes épuisées »

Parents en solo, parents abandonnés

Pssssttt, cher.chère visiteur.euse du site d’Alter Échos !!!

Sache que ta présence sur notre site nous réjouit. Sache aussi que nous sommes heureux que vous soyez si nombreux.ses à nous suivre sur le web. Nous avons choisi de mettre en accès libre une grande partie de nos articles … pour le partage & pour répondre à notre mission d’éducation permanente. Mais produire une information de fond & de qualité implique un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous à nos revues !

A la Une