Partager par e-mail Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur LinkedIn Partager sur Google+ Impression
Edito
Les Asbl, mal prise dans la réforme du code des sociétés ? CC BY-SA 2.0 / Miguel Discart

On vous met au défi

Alter Échos n° 455 27 novembre 2017 Julien Winkel

On a l’impression qu’à chaque fois qu’il le peut, ce débat revient sur la table. Ça doit être dû à l’air du temps. Tenez, prenez l’article en couverture de ce numéro d’Alter Échos. Koen Geens (CD&V), le ministre fédéral de la Justice, travaille pour l’heure à une réforme du code des sociétés. Un code dans lequel les asbl seront désormais intégrées. Elles deviendront donc des entreprises comme les autres, susceptibles de développer des activités commerciales à titre principal. Symboliquement, la mesure est forte. Mais, dans les faits, elle ne change peut-être pas grand-chose. Voilà des années que des asbl exercent des activités commerciales à titre principal, sans trop oser (se) l’avouer. Plus globalement, c’est une bonne partie du secteur associatif et de l’économie sociale qui tend depuis quelques années à réorienter ses pratiques à l’aune d’un management inspiré du privé, d’une professionnalisation, d’une plus grande «modernité». Critères d’évaluation, gestion des ressources humaines, volonté de diversification des ressources ont ainsi fait leur apparition dans un monde qui ne ressemble plus vraiment au cliché qu’on pouvait s’en faire il y a encore 15 ou 20 ans. Mais où sont donc passés les travailleurs post-soixante-huitards montant un projet dans les combles d’une vieille maison?

Voilà des années que des asbl exercent des activités commerciales à titre principal, sans trop oser (se) l’avouer.

Parallèlement à cela, il se développe à l’heure actuelle de plus en plus d’outils permettant aux projets sociaux de se financer «autrement». On a ainsi beaucoup parlé dans les pages d’Alter Échos des fameux Social Impact Bonds. Ceux-ci permettent notamment au privé de venir financer des projets sociaux avec un retour sur investissement si ceux-ci atteignent certains objectifs. Et puis voilà que l’on apprend que les asbl pourront dorénavant développer des activités commerciales à titre principal. On est alors pris d’un doute: et si, dans l’esprit des pouvoirs publics, cette modernité ou cette professionnalisation signifiaient autre chose? Et s’il s’agissait pour eux de créer les conditions de leur désengagement progressif du financement du secteur social? Quelle utilité y a-t-il en effet à subsidier des asbl si celles-ci peuvent trouver de l’argent par d’autres biais?

D’où la question: est-ce cette tentation des pouvoirs publics qui a amené les asbl à opérer un virage progressif, direction la professionnalisation? Ou bien les pouvoirs subsidiants profitent-ils de cette professionnalisation pour tenter de retirer progressivement leurs billes du financement du secteur social? À moins que ces deux mouvements soient conjoints ou… qu’ils n’aient rien à voir l’un avec l’autre? On vous met au défi de trouver la réponse.

Pssssttt, cher.chère visiteur.euse du site d’Alter Échos !!!

Sache que ta présence sur notre site nous réjouit. Sache aussi que nous sommes heureux que vous soyez si nombreux.ses à nous suivre sur le web. Nous avons choisi de mettre en accès libre une grande partie de nos articles … pour le partage & pour répondre à notre mission d’éducation permanente. Mais produire une information de fond & de qualité implique un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous à nos revues !

A propos de l'auteur

Julien Winkel

Dans ses rêves d’enfance, Julien se voyait astronaute. À tel point qu’il imaginait qu’une fusée l’attendrait à la sortie de l’école pour l’emporter dans les étoiles, loin de ce monde de brutes. Lorsqu’on l’interroge sur ses héros, Julien affiche une belle cohérence puisqu’il cite Ian Solo et Marty Mac Fly. Pourtant, quelques années plus tard, c’est avec un diplôme de journaliste et un master européen en étude du spectacle vivant qu’il se retrouve. En tandem avec Cédric Vallet, Julien forme ainsi le pôle excellence de la rédaction. Il entretient en parallèle une passion extrême pour la musique : « surtout la musique noire américaine des 50’/60’s/70’s : soul, blues, funk. Il y a tellement d’émotion, de beauté, de drames, de rêves de rédemption et de vie dans cette musique qu’elle permet de ne pas finir racorni par les aléas de la vie et de ne pas totalement désespérer de l’espèce humaine. » Une envolée lyrique digne de la plume qu’il manie au service d’une « information jugée plus importante que jamais bien que vraiment galvaudée en de trop nombreuses occasions ».

julien [dot] winkel [at] alter [dot] be

A la Une