Partager par e-mail Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur LinkedIn Partager sur Google+ Impression

Mena : miser sur l'autonomie

Alter Échos n° 355 1 mars 2013 Pierre Jassogne

L'accueil des mineurs étrangers non accompagnés (Mena) varie d'un centre Fedasil à l'autre. Chaque centre met en place des projets pédagogiques spécifiques en fonction de son public. Seul objectif commun, celui de rendre autonomes des jeunes en difficulté. Visite dans les centres de Florennes, Rixensart et Morlanwelz.
Malika a 17 ans. Cette jeune Guinéenne est arrivée en Belgique en juin 2012. Comme tous les Mena, elle a dû passer dans un centre d’observation et d’orientation (COO) avant d'être envoyée à Florennes dans le sud de la province de Namur. « C'est dur de vivre ici, loin de son pays....

Le contenu de cet article est réservé aux abonnés payants d’Alter Echos. Consultez nos offres d'abonnement ou connectez-vous à l'aide du formulaire de connexion ci-dessous.

L'accueil des mineurs étrangers non accompagnés (Mena) varie d'un centre Fedasil à l'autre. Chaque centre met en place des projets pédagogiques spécifiques en fonction de son public. Seul objectif commun, celui de rendre autonomes des jeunes en difficulté. Visite dans les centres de Florennes, Rixensart et Morlanwelz.
Malika a 17 ans. Cette jeune Guinéenne est arrivée en Belgique en juin 2012. Comme tous les Mena, elle a dû passer dans un centre d’observation et d’orientation (COO) avant d'être envoyée à Florennes dans le sud de la province de Namur. « C'est dur de vivre ici, loin de son pays....

Le contenu de cet article est réservé aux abonnés payants d’Alter Echos. Consultez nos offres d'abonnement ou connectez-vous à l'aide du formulaire de connexion ci-dessous.

A la Une