Partager par e-mail Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur LinkedIn Partager sur Google+ Impression
Santé

Mauvais bulletin pour la scolarisation des jeunes handicapés

Alter Échos n° 361 27 mai 2013 Sandrine Warsztacki

Des enfants handicapés restent privés du droit à l’éducation par manque de places, de structures adaptées et de cohésion politique en la matière, dénonce le Groupe d’action contre le manque de places pour personnes handicapées de grande dépendance (GAMP1) dans un manifeste qui résonne comme un appel à l'aide

A douze ans, M. a déjà fréquenté quatre écoles différentes. Le parcours scolaire de ce jeune autiste ressemble à celui du combattant. La première fois, sa mère l'a retiré après que son institutrice l'a laissé enfermé en classe, tout seul pendant trois heures, dans un état de panique aigüe...

Le contenu de cet article est réservé aux abonnés payants d’Alter Echos. Consultez nos offres d'abonnement ou connectez-vous à l'aide du formulaire de connexion ci-dessous.

Des enfants handicapés restent privés du droit à l’éducation par manque de places, de structures adaptées et de cohésion politique en la matière, dénonce le Groupe d’action contre le manque de places pour personnes handicapées de grande dépendance (GAMP1) dans un manifeste qui résonne comme un appel à l'aide

A douze ans, M. a déjà fréquenté quatre écoles différentes. Le parcours scolaire de ce jeune autiste ressemble à celui du combattant. La première fois, sa mère l'a retiré après que son institutrice l'a laissé enfermé en classe, tout seul pendant trois heures, dans un état de panique aigüe...

Le contenu de cet article est réservé aux abonnés payants d’Alter Echos. Consultez nos offres d'abonnement ou connectez-vous à l'aide du formulaire de connexion ci-dessous.

A propos de l'auteur

Sandrine Warsztacki

Sandrine rêvait de devenir glaciologue. Ou marchand de glaces. Elle a fini par vendre des articles sur papier glacé. Parce qu’elle a plus la bosse des lettres que des maths, Sandrine a étudié le journalisme et l’anthropologie à l'ULB. Aujourd’hui, Sandrine est rédactrice en chef d'Alter Échos. Pour elle, le social, c’est «un ensemble de travailleurs bien plus courageux qu’elle qui se battent au quotidien pour un monde plus juste». Et l’info, ce sont «des lignes qui peuvent parfois changer le cours des événements». Son héros : Jack London. sandrine [dot] warsztacki [at] alter [dot] be

A la Une