Partager par e-mail Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur LinkedIn Partager sur Google+ Impression
Logement

Mal-logement, mal féminin

Alter Échos n° 452 2 octobre 2017 Pierre Jassogne

Prix élevé, harcèlement, dénigrement, comportements discriminatoires. Les femmes subissent de plein fouet les ravages de la crise de l’habitat, avec plus d’acuité et d’intensité encore que les hommes.

715 euros par mois pour un vieil appartement insalubre, tel est le lot de Yasmina, mère bruxelloise de 32 ans. Comme 11 autres personnes, la jeune femme a décidé de témoigner de cette situation de mal-logement féminin, devenue monnaie courante en Wallonie et à Bruxelles(1).

«Avant, quand je travaillais, j’avais un chouette appartement à Forest, moderne, grand, explique Yasmina. Mais quand m...

Le contenu de cet article est réservé aux abonnés payants d’Alter Echos. Consultez nos offres d'abonnement ou connectez-vous à l'aide du formulaire de connexion ci-dessous.

Prix élevé, harcèlement, dénigrement, comportements discriminatoires. Les femmes subissent de plein fouet les ravages de la crise de l’habitat, avec plus d’acuité et d’intensité encore que les hommes.

715 euros par mois pour un vieil appartement insalubre, tel est le lot de Yasmina, mère bruxelloise de 32 ans. Comme 11 autres personnes, la jeune femme a décidé de témoigner de cette situation de mal-logement féminin, devenue monnaie courante en Wallonie et à Bruxelles(1).

«Avant, quand je travaillais, j’avais un chouette appartement à Forest, moderne, grand, explique Yasmina. Mais quand m...

Le contenu de cet article est réservé aux abonnés payants d’Alter Echos. Consultez nos offres d'abonnement ou connectez-vous à l'aide du formulaire de connexion ci-dessous.

En savoir plus

Prix élevé, harcèlement, dénigrement, comportements discriminatoires. Les femmes subissent de plein fouet les ravages de la crise de l’habitat, avec plus d’acuité et d’intensité encore que les hommes.

715 euros par mois pour un vieil appartement insalubre, tel est le lot de Yasmina, mère bruxelloise de 32 ans. Comme 11 autres personnes, la jeune femme a décidé de témoigner de cette situation de mal-logement féminin, devenue monnaie courante en Wallonie et à Bruxelles(1).

«Avant, quand je travaillais, j’avais un chouette appartement à Forest, moderne, grand, explique Yasmina. Mais quand m...

Le contenu de cet article est réservé aux abonnés payants d’Alter Echos. Consultez nos offres d'abonnement ou connectez-vous à l'aide du formulaire de connexion ci-dessous.

Pssssttt, cher.chère visiteur.euse du site d’Alter Échos !!!

Sache que ta présence sur notre site nous réjouit. Sache aussi que nous sommes heureux que vous soyez si nombreux.ses à nous suivre sur le web. Nous avons choisi de mettre en accès libre une grande partie de nos articles … pour le partage & pour répondre à notre mission d’éducation permanente. Mais produire une information de fond & de qualité implique un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous à nos revues !

A la Une