Partager par e-mail Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur LinkedIn Partager sur Google+ Impression

« L’impression parfois d’être une esclave… »

Alter Échos n° 358 19 avril 2013 Pierre Jassogne

A Ixelles, la CSC1 a mis en place un groupe d’employées domestiques pour soutenir les aides ménagères dans une lutte permanente pour faire reconnaître leurs droits sociaux
Ce sont des histoires quotidiennes. Celles de ces employées domestiques, souvent d’origine étrangère, qui sont exploitées avant d’être régularisées par des ambassades, des fonctionnaires ou des familles belges sans histoire.C’est le cas d’Assia. En 2005, elle quitte son pays, le Maroc pour venir travailler pour un diplomate marocain, installé à Bruxelles. Payée 150 euros par mois, travaillant 7 jours sur 7 dans l’espoir d’av...

Le contenu de cet article est réservé aux abonnés payants d’Alter Echos. Consultez nos offres d'abonnement ou connectez-vous à l'aide du formulaire de connexion ci-dessous.

A Ixelles, la CSC1 a mis en place un groupe d’employées domestiques pour soutenir les aides ménagères dans une lutte permanente pour faire reconnaître leurs droits sociaux
Ce sont des histoires quotidiennes. Celles de ces employées domestiques, souvent d’origine étrangère, qui sont exploitées avant d’être régularisées par des ambassades, des fonctionnaires ou des familles belges sans histoire.C’est le cas d’Assia. En 2005, elle quitte son pays, le Maroc pour venir travailler pour un diplomate marocain, installé à Bruxelles. Payée 150 euros par mois, travaillant 7 jours sur 7 dans l’espoir d’av...

Le contenu de cet article est réservé aux abonnés payants d’Alter Echos. Consultez nos offres d'abonnement ou connectez-vous à l'aide du formulaire de connexion ci-dessous.

A la Une