Partager par e-mail Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur LinkedIn Partager sur Google+ Impression
Environnement

Les petites reines de l'économie sociale

Alter Échos n° 357 29 mars 2013 Sandrine Warsztacki

Au sud de la province de Namur, trois entreprises d'économie sociale ont mis des vélos électriques en partage pour favoriser la mobilité de leurs stagiaires. Un projet qui roule. Même si les mentalités freinent encore.
Fin 2011, l'EFT La Calestienne1 à Beauraing, Florennes Titres-services2 et l'EFT Espaces3, située dans un zoning de Ciney, inauguraient le projet I Move pour faire avancer la mobilité des travailleurs fragilisés en milieu rural. Grâce au soutien de la Région wallonne, chacune de ces entreprises d'économie sociale faisait l'acquisition d'un parc de huit vélos électriques. Plus d'...

Le contenu de cet article est réservé aux abonnés payants d’Alter Echos. Consultez nos offres d'abonnement ou connectez-vous à l'aide du formulaire de connexion ci-dessous.

En savoir plus

Au sud de la province de Namur, trois entreprises d'économie sociale ont mis des vélos électriques en partage pour favoriser la mobilité de leurs stagiaires. Un projet qui roule. Même si les mentalités freinent encore.
Fin 2011, l'EFT La Calestienne1 à Beauraing, Florennes Titres-services2 et l'EFT Espaces3, située dans un zoning de Ciney, inauguraient le projet I Move pour faire avancer la mobilité des travailleurs fragilisés en milieu rural. Grâce au soutien de la Région wallonne, chacune de ces entreprises d'économie sociale faisait l'acquisition d'un parc de huit vélos électriques. Plus d'...

Le contenu de cet article est réservé aux abonnés payants d’Alter Echos. Consultez nos offres d'abonnement ou connectez-vous à l'aide du formulaire de connexion ci-dessous.

A propos de l'auteur

Sandrine Warsztacki

Sandrine rêvait de devenir glaciologue. Ou marchand de glaces. Elle a fini par vendre des articles sur papier glacé. Parce qu’elle a plus la bosse des lettres que des maths, Sandrine a étudié le journalisme et l’anthropologie à l'ULB. Aujourd’hui, Sandrine est rédactrice en chef d'Alter Échos. Pour elle, le social, c’est «un ensemble de travailleurs bien plus courageux qu’elle qui se battent au quotidien pour un monde plus juste». Et l’info, ce sont «des lignes qui peuvent parfois changer le cours des événements». Son héros : Jack London. sandrine [dot] warsztacki [at] alter [dot] be

A la Une