Partager par e-mail Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur LinkedIn Partager sur Google+ Impression

Les normes Afsca profitent aux plus démunis

Alter Échos n° 356 15 mars 2013 Baudouin Massart

L'actualité récente a braqué une nouvelle fois les projecteurs sur la qualité de l'alimentation et la traçabilité. Mais qu'en est-il dans le secteur social ? Le contrôle et la qualité y seraient-ils moindres parce qu'il est justement « social » ? Loin de là. Le point avec le Resto du Cœur de Namur1.
Parce que Roberto Galante, directeur du Resto du Cœur de Namur, tient à fournir la qualité à ses clients, il est très attentif aux repas délivrés dans son institution. « La santé des gens qui viennent chez nous est tellement précaire, qu'on doit leur faire un repas équilibré, confie-t-il. On n'est ...

Le contenu de cet article est réservé aux abonnés payants d’Alter Echos. Consultez nos offres d'abonnement ou connectez-vous à l'aide du formulaire de connexion ci-dessous.

L'actualité récente a braqué une nouvelle fois les projecteurs sur la qualité de l'alimentation et la traçabilité. Mais qu'en est-il dans le secteur social ? Le contrôle et la qualité y seraient-ils moindres parce qu'il est justement « social » ? Loin de là. Le point avec le Resto du Cœur de Namur1.
Parce que Roberto Galante, directeur du Resto du Cœur de Namur, tient à fournir la qualité à ses clients, il est très attentif aux repas délivrés dans son institution. « La santé des gens qui viennent chez nous est tellement précaire, qu'on doit leur faire un repas équilibré, confie-t-il. On n'est ...

Le contenu de cet article est réservé aux abonnés payants d’Alter Echos. Consultez nos offres d'abonnement ou connectez-vous à l'aide du formulaire de connexion ci-dessous.

Aller plus loin

L'actualité récente a braqué une nouvelle fois les projecteurs sur la qualité de l'alimentation et la traçabilité. Mais qu'en est-il dans le secteur social ? Le contrôle et la qualité y seraient-ils moindres parce qu'il est justement « social » ? Loin de là. Le point avec le Resto du Cœur de Namur1.
Parce que Roberto Galante, directeur du Resto du Cœur de Namur, tient à fournir la qualité à ses clients, il est très attentif aux repas délivrés dans son institution. « La santé des gens qui viennent chez nous est tellement précaire, qu'on doit leur faire un repas équilibré, confie-t-il. On n'est ...

Le contenu de cet article est réservé aux abonnés payants d’Alter Echos. Consultez nos offres d'abonnement ou connectez-vous à l'aide du formulaire de connexion ci-dessous.

A la Une