Partager par e-mail Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur LinkedIn Partager sur Google+ Impression

Les jeunes néerlandais mis à l'amende en cas d'études tardives

Alter Échos n° 343 31 août 2012 Marco Bertolini

C’était une de ces bonnes intentions dont l’enfer est pavé et qui est née lors de la formation du gouvernement actuel, en octobre 2010. Le CDA1 voulaitéviter que les bourses d’étudiant réservées au baccalauréat ne soient transformées en prêts académiques. L’idée était donc defaire payer aux étudiants présentant un an de retard dans leurs études supérieures une amende de 3 000 euros. Les experts – manifestement optimistes –estimaient que cette langstudeerboete (amende pour longues études) engrangerait plus de 180 millions d’euros. Ce sont en effet 77 000 étudiants qui sont concernés pour cetteannée académique 2012.

Cette mesure a été approuvée sans nuance : que l’on soit étudiant à temps plein ou partiel, que l’on soit malade ou en bonne santé, sportif de hautniveau, etc. la loi ne prévoit qu’une seule exception : seuls les étudiants à temps partiel qui sont entrés dans un nouveau système de baccalauréatprévoyant un an de plus que le précédent seront exemptés, puisqu’ils ne sont pas responsables de cet allongement de leurs études.

Depuis, quelques facteurs ont changé la donne.

Trois fédérations d’étudiants ont déposé une plainte en référé auprès du tribunal de La Haye. Mais celui-ci a donné raison augouvernement, estimant que cette amende constituait une forme « légale de régulation de l’accès à l’enseignement » et que la « mesure est proportionnelle au butvisé »2.

L’histoire aurait pu s’arrêter là. C’était sans compter sur la colère des étudiants. Ils sont environ 50 000 a avoir annoncé qu’ils ne seréinscriraient pas dans ces conditions… Le mot d’ordre se répand via les médias sociaux. Sur Twitter, on peut lire des réactions comme celle de Farbod Frappant : « Il y aenviron 50 000 étudiants qui arrêtent à cause de l’amende pour études longues. J’ai bien envie d’être le 50 001e. » Ce qui, au lieu de remplir les caisses del’Etat, risque bien d’assécher celles des institutions académiques.
Celles-ci ne sont pas en reste. Doekle Terpstra, le président du conseil de la haute école Inholland – qui compte neuf implantations dans les provinces de Hollande du Nord et du Sudainsi qu’une au Surinam – estime qu’au moins deux mille étudiants ne se réinscriront pas dans son seul établissement3. Il qualifie la mesure de « préjudicesocial ». L’association des anciens élèves de l’Université d’Utrecht et de Groningen proposent de payer l’amende de leurs étudiants sportifs de haut niveau dont certainsviennent de participer aux JO de Londres4.

Mais le revirement le plus spectaculaire, l’attitude la plus schizophrène, s’étale surtout sur la scène politique. Car entretemps, le gouvernement est tombé. Et au vude l’impopularité de la mesure, plus personne ne prend le risque électoral de la défendre. A l’exception notable du SGP, parti protestant ultraconservateur qui milite pourl’établissement d’une théologie aux Pays-Bas et pour l’interdiction du droit de vote aux femmes…

Le CDA, le PVV – parti populiste de Wilders – et le libéral VVD du premier ministre Mark Rutte, les instigateurs de cette loi, n’en veulent plus ! Mais il faudra attendre la prochainelégislature, car pour celle-ci, Halbe Zijlstra, le secrétaire d’Etat à l’Enseignement, n’en démord pas : l’amende existe et sera appliquée. Les étudiants quisouhaitent s’inscrire au premier septembre devront donc s’acquitter des trois milles euros avant la fin du mois d’août.

1. CDA : Appel Démocrate Chrétien : parti de centre-droit résultant de la fusion de partis catholiques et protestants modérés.

2. www.nu.nl/politiek/(…)langstudeerboete-gaat-.html
3. http://www.metronieuws.nl/nieuws/…
4. http://uk.webhosting.rug.nl/wordpress/2011/2012/08/13/…

Pssssttt, cher.chère visiteur.euse du site d’Alter Échos !!!

Sache que ta présence sur notre site nous réjouit. Sache aussi que nous sommes heureux que vous soyez si nombreux.ses à nous suivre sur le web. Nous avons choisi de mettre en accès libre une grande partie de nos articles … pour le partage & pour répondre à notre mission d’éducation permanente. Mais produire une information de fond & de qualité implique un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous à nos revues !

A la Une