Partager par e-mail Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur LinkedIn Partager sur Google+ Impression

Le secteur, oui mais…

Alter Échos n° 385 1 juillet 2014 Julien Winkel

« Le secteur les gars, le secteur. Pensez-y ! » Campée sur deux jambes solidement ancrées dans le sol, Aude Garelly ne rigole pas. Notre directrice le sait : voilà 15 ans qu’Alter Échos détricote maniaquement, pour ne pas dire plus, l’actualité de ce qui se passe et se dit… chez vous, au sein des différents secteurs couverts par notre magazine. C’est ce qui fait sa spécificité et – n’ayons pas peur des mots – son fonds de commerce. S’éloigner de cette philosophie constituerait une grossière erreur, que nous ne ferons pas. Mais, depuis quelque temps, la rédaction a changé sa manière de travailler. À toujours faire les choses de la même façon, on finit par se copier soi-même, au risque de tomber dans la caricature. Une autre grossière erreur que nous ne souhaitions pas faire non plus.

Petit à petit, Alter Échos a donc entamé sa mue : changement de maquette, traitement plus journalistique de l’info sans perdre de profondeur. Dans ce contexte, nous avons aussi décidé de couvrir, parfois, des dossiers sortant des ornières sectorielles. Tout en restant sur leurs « lignes de crête », au plus près d’elles. Il y a quelques mois, nous avons ainsi produit un dossier dédié à l’avortement et aux menaces qui pouvaient planer sur l’accès à celui-ci 1. Aujourd’hui, nous vous proposons une série d’articles consacrés au fameux TTIP, mieux connu en français sous le terme de « traité transatlantique ».

À vue de nez, ces sujets ne concernent pas stricto sensu les matières couvertes par Alter Échos. Nous pensons cependant que, philosophiquement, ils s’y intègrent pleinement. Il n’est point besoin de toujours se comporter en horloger du social, censé détricoter les moindres rouages d’une politique sectorielle. On peut aussi, parfois, aborder des matières qui viennent titiller les sensibilités « plus générales » d’un public de lecteurs bien précis. Des sujets dont l’évolution pourrait d’ailleurs avoir une influence sur les réalités sectorielles de demain. Le fameux dossier Bolkestein, sur lequel nous nous étions penchés en son temps, en est l’exemple le plus frappant.

À ce titre, le TTIP doit sûrement faire fantasmer plus d’un lecteur d’Alter Échos, nous en mettons notre main à couper. Le dossier que vous trouverez dans les pages qui suivent tente donc de faire le point sur ce sujet. Sans complaisance, mais sans sombrer dans la caricature non plus. En faisant se rencontrer et débattre les différentes opinions, en traçant des pistes de réflexion, en tentant d’envisager la suite du dossier.

 

Par ce biais, nous avons aussi le sentiment de remplir notre rôle d’éducation permanente, pour lequel nous sommes par ailleurs financés. Bonne lecture !

 

1 Alter Échos n°377 du 10 mars 2014 : « L’IVG en danger ? »

Alter Échos n°377 du 10 mars 2014 : « L’IVG en danger ? »

Pssssttt, cher.chère visiteur.euse du site d’Alter Échos !!!

Sache que ta présence sur notre site nous réjouit. Sache aussi que nous sommes heureux que vous soyez si nombreux.ses à nous suivre sur le web. Nous avons choisi de mettre en accès libre une grande partie de nos articles … pour le partage & pour répondre à notre mission d’éducation permanente. Mais produire une information de fond & de qualité implique un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous à nos revues !

A propos de l'auteur

Julien Winkel

Dans ses rêves d’enfance, Julien se voyait astronaute. À tel point qu’il imaginait qu’une fusée l’attendrait à la sortie de l’école pour l’emporter dans les étoiles, loin de ce monde de brutes. Lorsqu’on l’interroge sur ses héros, Julien affiche une belle cohérence puisqu’il cite Ian Solo et Marty Mac Fly. Pourtant, quelques années plus tard, c’est avec un diplôme de journaliste et un master européen en étude du spectacle vivant qu’il se retrouve. En tandem avec Cédric Vallet, Julien forme ainsi le pôle excellence de la rédaction. Il entretient en parallèle une passion extrême pour la musique : « surtout la musique noire américaine des 50’/60’s/70’s : soul, blues, funk. Il y a tellement d’émotion, de beauté, de drames, de rêves de rédemption et de vie dans cette musique qu’elle permet de ne pas finir racorni par les aléas de la vie et de ne pas totalement désespérer de l’espèce humaine. » Une envolée lyrique digne de la plume qu’il manie au service d’une « information jugée plus importante que jamais bien que vraiment galvaudée en de trop nombreuses occasions ». julien [dot] winkel [at] alter [dot] be

A la Une