Partager par e-mail Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur LinkedIn Partager sur Google+ Impression
Social
Fin du plan hiver : des familles s’installent au mont des Arts.

Le sale printemps des familles à la rue

Alter Échos n° 423 24 mai 2016 Cédric Vallet

Comme chaque année, la fin du «plan hiver» du Samu social met un terme à l’hébergement de centaines de personnes. Parmi elles: des familles étrangères avec enfants. Les associations rappellent que ces familles bénéficient d’un droit à l’accueil et que des solutions existent. Article publié le 18 mai 2016.Au mois d’avril, des médias se faisaient l’écho d’une nouvelle inhabituelle en Belgique: quelques abris de fortune, faits de toiles et de planches en bois, avaient été érigés sur la commune de Laeken. Un véritable petit bidonville. On parlait d’une quarantaine de personnes; des Roms de Roumani...

Le contenu de cet article est réservé aux abonnés payants d’Alter Echos. Consultez nos offres d'abonnement ou connectez-vous à l'aide du formulaire de connexion ci-dessous.

Aller plus loin

Comme chaque année, la fin du «plan hiver» du Samu social met un terme à l’hébergement de centaines de personnes. Parmi elles: des familles étrangères avec enfants. Les associations rappellent que ces familles bénéficient d’un droit à l’accueil et que des solutions existent. Article publié le 18 mai 2016.Au mois d’avril, des médias se faisaient l’écho d’une nouvelle inhabituelle en Belgique: quelques abris de fortune, faits de toiles et de planches en bois, avaient été érigés sur la commune de Laeken. Un véritable petit bidonville. On parlait d’une quarantaine de personnes; des Roms de Roumani...

Le contenu de cet article est réservé aux abonnés payants d’Alter Echos. Consultez nos offres d'abonnement ou connectez-vous à l'aide du formulaire de connexion ci-dessous.

A propos de l'auteur

Cédric Vallet

Cédric nous vient tout droit du Sud… de la France, de Montpellier précisément. D’ailleurs, s’il ne devait pas travailler, il passerait son temps à jouer à la pétanque. Avec son collègue Julien Winkel, il forme le « pôle excellence » de la rédaction d’Alter Échos. Ce qui explique que son héros, c’est ledit Julien Winkel, dans ses grands jours. Doté d’un sens de l’humour bien aiguisé dont il fait souvent montre dans ses papiers, Cédric nous définit le social comme un bolo au Verschueren ; « ça n’existe plus mais c’était « social ». Il pratique le journalisme pour contredire tout le monde, tout le temps, à commencer par lui-même. cedric [dot] vallet [at] alter [dot] be

A la Une