Partager par e-mail Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur LinkedIn Partager sur Google+ Impression
Logement
©Thomas Vercruysse

Le réveil des néo-paysans bruxellois

Alter Échos n° 424-425 14 juin 2016 Rafal Naczyk

L’agriculture suscite des vocations alors qu’elle ne cesse de détruire des emplois. À Anderlecht, le projet BoerenBruxselPaysans a l’ambition de produire une alimentation locale, saine et durable pour tous les Bruxellois.Article publié dans Alter Échos n°424-425, 13 juin 2016.C’est un petit écrin vert, qui fait respirer Anderlecht. Là-bas, aux confins de la capitale, l’urbanisation paraît une lointaine insulte. Les rares maisons sont d’anciennes fermes. Les vaches broutent, paisiblement, au milieu d’une prairie fauchée. Et pourtant, entre l’extension de l’hôpital Érasme, les ambitions du parc ...

Le contenu de cet article est réservé aux abonnés payants d’Alter Echos. Consultez nos offres d'abonnement ou connectez-vous à l'aide du formulaire de connexion ci-dessous.

Aller plus loin

L’agriculture suscite des vocations alors qu’elle ne cesse de détruire des emplois. À Anderlecht, le projet BoerenBruxselPaysans a l’ambition de produire une alimentation locale, saine et durable pour tous les Bruxellois.Article publié dans Alter Échos n°424-425, 13 juin 2016.C’est un petit écrin vert, qui fait respirer Anderlecht. Là-bas, aux confins de la capitale, l’urbanisation paraît une lointaine insulte. Les rares maisons sont d’anciennes fermes. Les vaches broutent, paisiblement, au milieu d’une prairie fauchée. Et pourtant, entre l’extension de l’hôpital Érasme, les ambitions du parc ...

Le contenu de cet article est réservé aux abonnés payants d’Alter Echos. Consultez nos offres d'abonnement ou connectez-vous à l'aide du formulaire de connexion ci-dessous.

En savoir plus

L’agriculture suscite des vocations alors qu’elle ne cesse de détruire des emplois. À Anderlecht, le projet BoerenBruxselPaysans a l’ambition de produire une alimentation locale, saine et durable pour tous les Bruxellois.Article publié dans Alter Échos n°424-425, 13 juin 2016.C’est un petit écrin vert, qui fait respirer Anderlecht. Là-bas, aux confins de la capitale, l’urbanisation paraît une lointaine insulte. Les rares maisons sont d’anciennes fermes. Les vaches broutent, paisiblement, au milieu d’une prairie fauchée. Et pourtant, entre l’extension de l’hôpital Érasme, les ambitions du parc ...

Le contenu de cet article est réservé aux abonnés payants d’Alter Echos. Consultez nos offres d'abonnement ou connectez-vous à l'aide du formulaire de connexion ci-dessous.

A la Une