Partager par e-mail Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur LinkedIn Partager sur Google+ Impression
Jeunesse (Aide à la)

Le bonheur selon les jeunes Hutois

Alter Échos n° 364 25 août 2013 Sandrine Warsztacki

Beaucoup de monde se soucie du bien-être des jeunes. Mais, dans le fond, qui sait ce que ceux-ci désirent vraiment ? A Huy, la maison de jeunes « La Mézon » réunit les acteurs de la Jeunesse et les jeunes pour définir une vision commune du bien-être et penser les projets qui doivent permettre de tendre vers cet idéal partagé.

Quel est le point commun entre un groupe de citoyens de Tasmanie, de citadins de Bogota, d'habitants du Nord-Pas-de-Calais et de jeunes Hutois ? De l'île australienne aux hauteurs colombiennes, en passant par nos latitudes, toutes ces communautés testent la méthodologie ...

Le contenu de cet article est réservé aux abonnés payants d’Alter Echos. Consultez nos offres d'abonnement ou connectez-vous à l'aide du formulaire de connexion ci-dessous.

Beaucoup de monde se soucie du bien-être des jeunes. Mais, dans le fond, qui sait ce que ceux-ci désirent vraiment ? A Huy, la maison de jeunes « La Mézon » réunit les acteurs de la Jeunesse et les jeunes pour définir une vision commune du bien-être et penser les projets qui doivent permettre de tendre vers cet idéal partagé.

Quel est le point commun entre un groupe de citoyens de Tasmanie, de citadins de Bogota, d'habitants du Nord-Pas-de-Calais et de jeunes Hutois ? De l'île australienne aux hauteurs colombiennes, en passant par nos latitudes, toutes ces communautés testent la méthodologie ...

Le contenu de cet article est réservé aux abonnés payants d’Alter Echos. Consultez nos offres d'abonnement ou connectez-vous à l'aide du formulaire de connexion ci-dessous.

En savoir plus

Beaucoup de monde se soucie du bien-être des jeunes. Mais, dans le fond, qui sait ce que ceux-ci désirent vraiment ? A Huy, la maison de jeunes « La Mézon » réunit les acteurs de la Jeunesse et les jeunes pour définir une vision commune du bien-être et penser les projets qui doivent permettre de tendre vers cet idéal partagé.

Quel est le point commun entre un groupe de citoyens de Tasmanie, de citadins de Bogota, d'habitants du Nord-Pas-de-Calais et de jeunes Hutois ? De l'île australienne aux hauteurs colombiennes, en passant par nos latitudes, toutes ces communautés testent la méthodologie ...

Le contenu de cet article est réservé aux abonnés payants d’Alter Echos. Consultez nos offres d'abonnement ou connectez-vous à l'aide du formulaire de connexion ci-dessous.

Pssssttt, cher.chère visiteur.euse du site d’Alter Échos !!!

Sache que ta présence sur notre site nous réjouit. Sache aussi que nous sommes heureux que vous soyez si nombreux.ses à nous suivre sur le web. Nous avons choisi de mettre en accès libre une grande partie de nos articles … pour le partage & pour répondre à notre mission d’éducation permanente. Mais produire une information de fond & de qualité implique un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous à nos revues !

A propos de l'auteur

Sandrine Warsztacki

Sandrine rêvait de devenir glaciologue. Ou marchand de glaces. Elle a fini par vendre des articles sur papier glacé. Parce qu’elle a plus la bosse des lettres que des maths, Sandrine a étudié le journalisme et l’anthropologie à l'ULB. Aujourd’hui, Sandrine est rédactrice en chef d'Alter Échos. Pour elle, le social, c’est «un ensemble de travailleurs bien plus courageux qu’elle qui se battent au quotidien pour un monde plus juste». Et l’info, ce sont «des lignes qui peuvent parfois changer le cours des événements». Son héros : Jack London. sandrine [dot] warsztacki [at] alter [dot] be

A la Une