Partager par e-mail Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur LinkedIn Partager sur Google+ Impression

« Restaurant durable » aux Tilleuls

Alter Échos n° 344 19 septembre 2012 Nathalie San Gil Coello

Le troisième cycle du projet « cantines durables » de Bruxelles Environnement s’est clôturé en mars 2012. L’objectif : fournir un encadrement auxcantines qui souhaitent passer à l’alimentation durable. La maison de repos du CPAS de Saint-Gilles1, Les Tilleuls2, a participé au programme. Rue ArthurDiderich, la maison accueille 200 résidents, dont certains aux pensions fragilisées. « Cette problématique pourrait paraître luxueuse face à la situation queles aînés ont eu à gérer avant d’entrer aux Tilleuls. Pourtant, la qualité de la nourriture est essentielle et constitue une donnée en matière deprévention santé », explique le président du CPAS.

Grâce à l’accompagnement proposé par Bruxelles Environnement, de petits changements ont été instaurés malgré des contraintesbudgétaires importantes. « Un état des lieux des pratiques culinaires et l’identification des points à améliorer ont conduit à une augmentation de lapart de légumes frais (neuf par mois) et de produits bio (pâtes, riz, bananes), une modification dans le grammage de la viande ainsi qu’une diminution du nombre d’emballagesgrâce à des commandes en vrac ou à l’utilisation de barquettes en porcelaine. Un travailleur a aussi eu l’idée de préparer du bodding (sorte de pudding)avec les croûtes de pain initialement jetées », précise Fabien Mathieu, coordinateur Agenda 21 du CPAS.

« Certains travailleurs ayant participé à des ateliers thématiques ont parfois été frustrés de ne pas pouvoir directement appliquer leursapprentissages au contexte actuel », exprime Mathieu Roper, adjoint à la Direction du CPAS. Le CPAS est dans une relation contractuelle avec un fournisseur de services,désigné par marché public, pour exécuter un cahier des charges. « Il fournit un service pour un prix donné qui ne peut plus bouger. Le programme« cantines durables » a permis d’améliorer la communication avec notre fournisseur », développe Jean Spinette, président du CPAS.Après de nombreuses réunions, certains éléments ont pu être modifiés, mais la marge de manœuvre est restée limitée. Par exemple, larecette de la soupe aux fanes de carottes, apprise lors d’un atelier, n’a pas été rajoutée au menu car la liste de produits du fournisseur ne proposait pas decarottes avec fanes.

Grâce à l’utilisation de panneaux explicatifs, d’animations thématiques et au comité repas « petits pois et carottes », les résidentsont été sensibilisés au « durable ». Ces derniers ont même rebaptisé le projet « restaurant durable ». Ils étaientallergiques à la terminologie « cantine » qui leur rappelait celle du service militaire, de la prison ou de l’école.

Les résidents ont parfois été surpris par certaines propositions de la direction, comme cette idée de vouloir remettre des légumes anciens au goût du jour.Pour eux, le fait que certains légumes aient été oubliés n’est peut-être pas innocent. La direction leur a proposé des rutabagas, légume-racineconsommé autrefois pendant la guerre. « Nos résidents se sont demandés si nous n’étions pas devenus fous. Ils rigolent beaucoup et l’échangeintergénérationnel est très fort », rajoute Jean Spinette.

Destination santé pour Les-Bons-Villers

En Wallonie aussi, de nombreuses cantines commencent à intégrer les principes de l’alimentation durable. La commune de Les-Bons-Villers, en province de Hainaut, a par exempledéveloppé un projet de santé intitulé « 2012 Destination santé ». Celui-ci s’articule autour de l’alimentation équilibrée. Lacommune est en réflexion par rapport à la qualité des repas fournis aux écoles par la Cellule Solidarité Emploi. L’objectif : accroître le capital« santé » en développant des actions concrètes et favoriser l’acquisition d’habitudes de vie saines en matière d’alimentation. Desfiches ont été produites à l’occasion d’une rencontre avec les parents et la population sur des collations à base de légumes et de lait.

1. CPAS de Saint-Gilles :
– adresse : rue Fernand Bernier, 40 à 1060 Bruxelles
– tél. : 02 600 54 11
– site : www.cpas1060.be
2. Maison de repos Les Tilleuls :
– adresse : rue Arthur Diderich, 32 à 1060 Bruxelles
– tél. : 02 348 57 62

A la Une