Partager par e-mail Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur LinkedIn Partager sur Google+ Impression
Social
La Cocof est entre autres le pouvoir organisateur de l’ESAC (L’Ecole supérieure des arts du cirque). L’occasion d’apprendre à jongler avec les différentes attentes des 1800 associations qui, en 2015, ont reçu des subventions de sa part.

La Cocof se la joue «stratégique»

Alter Échos n° 420 23 mars 2016 Cédric Vallet

Menacée de disparition, la Commission communautaire française (Cocof) veut rendre son action plus lisible et efficace. Elle tente d’opérationnaliser son plan stratégique. Celui-ci pourrait radicalement changer les liens entre administration et monde associatif. La Cocof bouge encore. Elle aimerait, en tout cas, être perçue comme une institution en mouvement. Cette administration – qu’il ne faut officiellement plus appeler Commission communautaire française mais service public francophone bruxellois – s’est en effet dotée l’an passé d’un «plan stratégique 2015-2018».«Mais quand j’ai vu, pour la...

Le contenu de cet article est réservé aux abonnés payants d’Alter Echos. Consultez nos offres d'abonnement ou connectez-vous à l'aide du formulaire de connexion ci-dessous.

Menacée de disparition, la Commission communautaire française (Cocof) veut rendre son action plus lisible et efficace. Elle tente d’opérationnaliser son plan stratégique. Celui-ci pourrait radicalement changer les liens entre administration et monde associatif. La Cocof bouge encore. Elle aimerait, en tout cas, être perçue comme une institution en mouvement. Cette administration – qu’il ne faut officiellement plus appeler Commission communautaire française mais service public francophone bruxellois – s’est en effet dotée l’an passé d’un «plan stratégique 2015-2018».«Mais quand j’ai vu, pour la...

Le contenu de cet article est réservé aux abonnés payants d’Alter Echos. Consultez nos offres d'abonnement ou connectez-vous à l'aide du formulaire de connexion ci-dessous.

Aller plus loin

Menacée de disparition, la Commission communautaire française (Cocof) veut rendre son action plus lisible et efficace. Elle tente d’opérationnaliser son plan stratégique. Celui-ci pourrait radicalement changer les liens entre administration et monde associatif. La Cocof bouge encore. Elle aimerait, en tout cas, être perçue comme une institution en mouvement. Cette administration – qu’il ne faut officiellement plus appeler Commission communautaire française mais service public francophone bruxellois – s’est en effet dotée l’an passé d’un «plan stratégique 2015-2018».«Mais quand j’ai vu, pour la...

Le contenu de cet article est réservé aux abonnés payants d’Alter Echos. Consultez nos offres d'abonnement ou connectez-vous à l'aide du formulaire de connexion ci-dessous.

En savoir plus

Menacée de disparition, la Commission communautaire française (Cocof) veut rendre son action plus lisible et efficace. Elle tente d’opérationnaliser son plan stratégique. Celui-ci pourrait radicalement changer les liens entre administration et monde associatif. La Cocof bouge encore. Elle aimerait, en tout cas, être perçue comme une institution en mouvement. Cette administration – qu’il ne faut officiellement plus appeler Commission communautaire française mais service public francophone bruxellois – s’est en effet dotée l’an passé d’un «plan stratégique 2015-2018».«Mais quand j’ai vu, pour la...

Le contenu de cet article est réservé aux abonnés payants d’Alter Echos. Consultez nos offres d'abonnement ou connectez-vous à l'aide du formulaire de connexion ci-dessous.

A propos de l'auteur

Cédric Vallet

Cédric nous vient tout droit du Sud… de la France, de Montpellier précisément. D’ailleurs, s’il ne devait pas travailler, il passerait son temps à jouer à la pétanque. Avec son collègue Julien Winkel, il forme le « pôle excellence » de la rédaction d’Alter Échos. Ce qui explique que son héros, c’est ledit Julien Winkel, dans ses grands jours. Doté d’un sens de l’humour bien aiguisé dont il fait souvent montre dans ses papiers, Cédric nous définit le social comme un bolo au Verschueren ; « ça n’existe plus mais c’était « social ». Il pratique le journalisme pour contredire tout le monde, tout le temps, à commencer par lui-même. cedric [dot] vallet [at] alter [dot] be

A la Une