Partager par e-mail Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur LinkedIn Partager sur Google+ Impression

Graines de médiateurs pour école sans violence

Alter Échos n° 355 1 mars 2013 Cédric Vallet

L'Université de Paix1 forme élèves et enseignants à la gestion positive des conflits. Elle fait pousser des « graines de médiateurs ». Reportage à Tamines.
Un matin de février, dans une classe studieuse, quatorze enfants entonnent fièrement la « girafosong ». « Stop... je respire », enjoint le refrain.
Nous sommes à l'école fondamentale de Tamines, où l'Université de Paix a installé ses quartiers pour une durée de deux ans. Dix fois par an, Cathy Van Dorslaer, formatrice et collaboratrice extérieure, vient proposer des jeux, des échanges, une méthodologie à ces élèves pour qu'ils puissent « gé...

Le contenu de cet article est réservé aux abonnés payants d’Alter Echos. Consultez nos offres d'abonnement ou connectez-vous à l'aide du formulaire de connexion ci-dessous.

L'Université de Paix1 forme élèves et enseignants à la gestion positive des conflits. Elle fait pousser des « graines de médiateurs ». Reportage à Tamines.
Un matin de février, dans une classe studieuse, quatorze enfants entonnent fièrement la « girafosong ». « Stop... je respire », enjoint le refrain.
Nous sommes à l'école fondamentale de Tamines, où l'Université de Paix a installé ses quartiers pour une durée de deux ans. Dix fois par an, Cathy Van Dorslaer, formatrice et collaboratrice extérieure, vient proposer des jeux, des échanges, une méthodologie à ces élèves pour qu'ils puissent « gé...

Le contenu de cet article est réservé aux abonnés payants d’Alter Echos. Consultez nos offres d'abonnement ou connectez-vous à l'aide du formulaire de connexion ci-dessous.

A propos de l'auteur

Cédric Vallet

Cédric nous vient tout droit du Sud… de la France, de Montpellier précisément. D’ailleurs, s’il ne devait pas travailler, il passerait son temps à jouer à la pétanque. Avec son collègue Julien Winkel, il forme le « pôle excellence » de la rédaction d’Alter Échos. Ce qui explique que son héros, c’est ledit Julien Winkel, dans ses grands jours. Doté d’un sens de l’humour bien aiguisé dont il fait souvent montre dans ses papiers, Cédric nous définit le social comme un bolo au Verschueren ; « ça n’existe plus mais c’était « social ». Il pratique le journalisme pour contredire tout le monde, tout le temps, à commencer par lui-même. cedric [dot] vallet [at] alter [dot] be

A la Une