Partager par e-mail Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur LinkedIn Partager sur Google+ Impression

Gesù : une expulsion, et après ?

Alter Échos n° 373 20 décembre 2013 Cédric Vallet

Alter Échos revient à froid sur l'expulsion des 200 occupants de l’église du Gesù. Que sont-ils devenus un mois et demi après ? Quelles leçons tirer ? Un évènement médiatique qui rouvre le débat entre partisans et opposants des occupations temporaires.
Aïtor est le dernier irréductible. Il ne quitte pas l'église du Gesù et vit sur le perron de ce bâtiment qu'il occupa pendant plus d'un an et demi. Tant pis pour le froid. « C'est plus difficile à supporter la journée que la nuit », dit-il en pointant du doigt ses deux sacs de couchage. Sur de grandes pancartes, on peut lire ces mots : « Les 250...

Le contenu de cet article est réservé aux abonnés payants d’Alter Echos. Consultez nos offres d'abonnement ou connectez-vous à l'aide du formulaire de connexion ci-dessous.

Aller plus loin

Alter Échos revient à froid sur l'expulsion des 200 occupants de l’église du Gesù. Que sont-ils devenus un mois et demi après ? Quelles leçons tirer ? Un évènement médiatique qui rouvre le débat entre partisans et opposants des occupations temporaires.
Aïtor est le dernier irréductible. Il ne quitte pas l'église du Gesù et vit sur le perron de ce bâtiment qu'il occupa pendant plus d'un an et demi. Tant pis pour le froid. « C'est plus difficile à supporter la journée que la nuit », dit-il en pointant du doigt ses deux sacs de couchage. Sur de grandes pancartes, on peut lire ces mots : « Les 250...

Le contenu de cet article est réservé aux abonnés payants d’Alter Echos. Consultez nos offres d'abonnement ou connectez-vous à l'aide du formulaire de connexion ci-dessous.

A propos de l'auteur

Cédric Vallet

Cédric nous vient tout droit du Sud… de la France, de Montpellier précisément. D’ailleurs, s’il ne devait pas travailler, il passerait son temps à jouer à la pétanque. Avec son collègue Julien Winkel, il forme le « pôle excellence » de la rédaction d’Alter Échos. Ce qui explique que son héros, c’est ledit Julien Winkel, dans ses grands jours. Doté d’un sens de l’humour bien aiguisé dont il fait souvent montre dans ses papiers, Cédric nous définit le social comme un bolo au Verschueren ; « ça n’existe plus mais c’était « social ». Il pratique le journalisme pour contredire tout le monde, tout le temps, à commencer par lui-même. cedric [dot] vallet [at] alter [dot] be

A la Une