Partager par e-mail Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur LinkedIn Partager sur Google+ Impression
Social

Du hasch à la hache

Alter Échos n° 366 27 septembre 2013 Sandrine Warsztacki

Dans une ferme rénovée au centre de Carnières, Ellipse organise des séjours de postcure pour des personnes toxicomanes ou alcooliques sevrées. Des activités en lien avec la nature, comme le bûcheronnage et le travail au potager, leur sont proposées.
 

De vieilles pierres, du bois, du verre et de l’acier, au premier regard, le centre d’hébergement résidentiel Ellipse1 évoque davantage ces fermes rénovées par de jeunes couples d’architectes présentées dans les émissions télévisées du vendredi soir qu’un centre résidentiel pour ex-toxicomanes. Le mobilier design en moins ! Dans le couloir, ...

Le contenu de cet article est réservé aux abonnés payants d’Alter Echos. Consultez nos offres d'abonnement ou connectez-vous à l'aide du formulaire de connexion ci-dessous.

En savoir plus

Dans une ferme rénovée au centre de Carnières, Ellipse organise des séjours de postcure pour des personnes toxicomanes ou alcooliques sevrées. Des activités en lien avec la nature, comme le bûcheronnage et le travail au potager, leur sont proposées.
 

De vieilles pierres, du bois, du verre et de l’acier, au premier regard, le centre d’hébergement résidentiel Ellipse1 évoque davantage ces fermes rénovées par de jeunes couples d’architectes présentées dans les émissions télévisées du vendredi soir qu’un centre résidentiel pour ex-toxicomanes. Le mobilier design en moins ! Dans le couloir, ...

Le contenu de cet article est réservé aux abonnés payants d’Alter Echos. Consultez nos offres d'abonnement ou connectez-vous à l'aide du formulaire de connexion ci-dessous.

A propos de l'auteur

Sandrine Warsztacki

Sandrine rêvait de devenir glaciologue. Ou marchand de glaces. Elle a fini par vendre des articles sur papier glacé. Parce qu’elle a plus la bosse des lettres que des maths, Sandrine a étudié le journalisme et l’anthropologie à l'ULB. Aujourd’hui, Sandrine est rédactrice en chef d'Alter Échos. Pour elle, le social, c’est «un ensemble de travailleurs bien plus courageux qu’elle qui se battent au quotidien pour un monde plus juste». Et l’info, ce sont «des lignes qui peuvent parfois changer le cours des événements». Son héros : Jack London. sandrine [dot] warsztacki [at] alter [dot] be

A la Une