Partager par e-mail Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur LinkedIn Partager sur Google+ Impression

Difficile engagement politique

Alter Échos n° 381 14 mai 2014 Shahin Mohammad-Lagneau

Fatiha Metioui travaille à Alpha-Signes, une association bruxelloise de formation en langue des signes. Elle est aussi conseillère communale PS à Berchem-Sainte-Agathe. Elle est sourde. Nous l’avons rencontrée pour évoquer l’engagement citoyen des personnes porteuses de handicap. L’occasion de revenir sur les résultats de son premier mandat et d’aborder la question de l’accessibilité de la politique. Une carte blanche signée Shahin Mohammad-Lagneau, chargée de communication au Collectif recherche et expression (Cree).

La problématique de l’engagement citoyen, voire politique, est l’une des préoccupations du Cree. En regard de sa mission de service jeunesse, le Cree encourage les jeunes à devenir des citoyens responsables actifs critiques et solidaires (Cracs). Il a donc souhaité promouvoir les élections du Conseil de la jeunesse auprès de son public de jeunes sourds. La candidature de trois jeunes sourds a été soutenue et une jeune fille a été élue au sein de l’AG du Conseil pour un mandat de deux ans.

Malgré la présence d’une interprète au sein des réunions du Conseil et les débats intéressants, les questions liées à l’accessibilité des personnes sourdes (et handicapées) dans leur participation citoyenne n’ont pas vraiment été prises en compte. S’agissant d’une minorité – la communauté sourde –, ses besoins ne sont pas souvent compris, par méconnaissance de ses spécificités.

Le fait est que les questions liées au handicap ne semblent pas se situer au cœur du débat en général, que ce soit au plan de la politique fédérale, régionale ou communautaire en Belgique. Quand on parle du handicap, on met tous les handicaps dans le même sac, en ne priorisant pas les besoins spécifiques de chacun.

Le manque d’accès à l’information exclut les personnes sourdes des débats de société. L’ensemble de l’information n’est pas traduit en langue des signes, les débats d’actualité à la télévision ne sont pas tous sous-titrés. Les services dont bénéficient d’autres citoyens, comme les numéros d’appel d’urgence, ne sont pas non plus accessibles; ils doivent constamment être remplacés par des textos ou un contact privilégié par un autre moyen visuel (langue des signes, codes…).

Même si on compte des avancées, beaucoup d’efforts restent à faire pour inclure les personnes sourdes, en Belgique, dans toutes les strates de la vie sociale, économique, politique, académique, etc.

Les élus sourds ne sont pas légion au sein du paysage politique francophone. Pourtant, avec un minimum d’inclusion, de respect et une diffusion large de la langue des signes – pourtant reconnue depuis 2003 par le parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles – au sein des institutions publiques et privées, un enseignement bilingue garanti dans un minimum d’écoles au sein de la FWB, une ouverture d’esprit et une sensibilisation quant à la communication, les personnes sourdes bénéficieraient d’une plus grande accessibilité, leur garantissant l’accomplissement de leurs droits et de leurs devoirs de citoyens.

Le Cree souhaite se positionner par rapport à un vrai débat de société, considérant la place que doivent prendre les personnes sourdes au sein de celle-ci. Participer en ayant la garantie que la voix des personnes sourdes est respectée et surtout qu’elles aient la possibilité de faire entendre leurs droits d’êtres humains avant tout. C’est pourquoi, avant de soutenir à nouveau les candidatures prochaines de jeunes sourds au sein d’institutions telles que le Conseil de la jeunesse, nous souhaitons qu’une prise de conscience réelle sur l’accessibilité des personnes sourdes et l’exercice de leurs droits (et devoirs) se concrétise.

En guise de conclusion, retenons cette phrase : « Un handicapé n’existe que dans une société qui accepte la division entre forts et faibles. Refuser cela, qui n’est autre que la barbarie, c’est refuser le quadrillage, la sélection inhérente au capitalisme » (1).

Making of

shahinShahin Mohammad-Lagneau est chargée de communication au Cree, un service de jeunesse spécialisé pour les sourds et les malentendants. Elle est elle-même malentendante. L’entretien filmé entre Fatiha Metioui et Shahin a été réalisé sans interprète. L’intervention d’un interprète aurait perturbé la réalisation et le montage de la vidéo. Une traduction de la langue des signes vers le français, pour le sous-titrage, a été réalisée sur la base de la vidéo par Céline Schiffelleers.

Vidéo prochainement visible sur www.alterechos.be, en version sous-titrée et non sous-titrée.

 

(1) Florent Schmitt et Pierre Schmitt dans leur article « Art, politique et langue des signes », Inter, art actuel, numéro 108, printemps 2011, p. 52-55.

En savoir plus

Cree – tél. : 02 762 57 30 – courriel : contact@creeasbl.be – site : www.creeasbl.be

Pssssttt, cher.chère visiteur.euse du site d’Alter Échos !!!

Sache que ta présence sur notre site nous réjouit. Sache aussi que nous sommes heureux que vous soyez si nombreux.ses à nous suivre sur le web. Nous avons choisi de mettre en accès libre une grande partie de nos articles … pour le partage & pour répondre à notre mission d’éducation permanente. Mais produire une information de fond & de qualité implique un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous à nos revues !

A la Une