Partager par e-mail Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur LinkedIn Partager sur Google+ Impression
Social

Bientôt de nouveaux abris de nuit

Alter Échos n° 406 8 juillet 2015 Benjamin Moriamé

Un nouvel abri de nuit devrait voir le jour avant l’hiver, à Ottignies. Il serait le premier d’une série de nouveaux logements d’urgence en Wallonie. «Les SDF ne doivent pas être tous attirés vers les grandes villes», justifie le ministre. «L’urgence n’est pas là», répondent les acteurs de terrain.

En Wallonie, seules les villes de plus de 50.000 habitants sont aujourd’hui contraintes d’aménager un abri de nuit pour le logement d’urgence des sans-abri. Parmi les villes plus petites, une seule fait exception: Arlon. De sa propre initiative, le chef-lieu luxembourgeois a mis un abri de nuit à disposition… Ottignies, de son côté, réfléchit à combler le manque en Brabant wallon, seule province actuellement sans abri de nuit.

«Je veux profiter de l’attitude volontariste d’Ottignies et éviter un nouvel hiver sans dispositif d’accueil en Brabant wallon», annonce le ministre de l’Action sociale Maxime Prévot (CDH). «Un abri par province, c’est un minimum.» Ce n’est qu’un début! Une réforme sera discutée l’année prochaine, afin de prévoir un système de subventionnement pour créer des abris de nuit dans d’autres villes de moins de 50.000 habitants. Mais lesquelles?

«J’envisage de contraindre les communes à une solidarité territoriale, explique Maxime Prévot. Sans cela, de nombreux SDF sont forcés à un exode urbain et se retrouvent dans des grandes villes qu’ils ne connaissent pas. Pour déterminer les lieux d’accueil, les provinces pourraient servir de médiatrices entre les communes. J’ai chargé mon cabinet de travailler sur un projet. Dès que cette proposition sera prête, nous consulterons le secteur.»

De plus en plus de SDF

Les acteurs de terrain n’attendront évidemment pas pour réagir. Ils ont aussi leurs idées derrière la tête. Chez Luttes Solidarité Travail, par exemple, les déclarations du ministre ont déjà animé le débat entre militants. Dans une première note de réflexion, on peut lire: «Créer des abris de nuit dans des villes plus petites répondrait certainement à des situations vécues. Mais cela est à mettre en relation avec les législations réprimant la mendicité dans diverses villes et communes. Certains ne veulent plus recevoir les SDF de ‘l’extérieur’.»

L’urgence serait ailleurs, selon LST: «La quantité de personnes et de familles qui se retrouvent à la rue augmente. L’habitat est de plus en plus difficile d’accès et certaines réglementations dans les abris de nuit ne sont pas en phase avec cette réalité: limitation du nombre de nuits par usager, tirage au sort quand il y a trop de demandes…» LST milite pour un «droit au logement opposable», c’est-à-dire un droit contraignant pour les pouvoirs publics. Les militants rappellent qu’ils ont assisté récemment, à Namur, à l’expulsion sans relogement d’une famille. Quelques mois plus tôt, Jean-Luc, un sans-abri bien connu des services sociaux, est mort après avoir épuisé son quota de nuits à l’abri de nuit de Namur (50 nuits par personne). Cet événement a causé l’indignation de nombreux acteurs de terrain et les pouvoirs publics ont réagi en annulant temporairement les quotas de nuits.

«Réfléchir à l’accueil des SDF hors des grandes villes, c’est a priori une bonne chose, parce qu’ils sont de plus en plus nombreux», estime Christine Mahy, du Réseau wallon de lutte contre la pauvreté (RWLP). «Sauf si l’objectif est de limiter le nombre de places dans les grandes villes. Le premier problème, c’est le nombre grandissant de bénéficiaires et le manque de places. Il faudrait se poser diverses questions: ‘Ne faudrait-il pas ouvrir les abris de nuit toute l’année? Ne manque-t-on pas de lieux d’accueil de jour? Répondons-nous au besoin d’autonomie? Ne suffirait-il pas, dans de nombreux cas, de lieux de douches et de lessive? N’oublie-t-on pas les chiens, interdits dans presque tous les lieux d’accueil? Ne devrait-on pas confier un logement avant tout et ensuite, si nécessaire, proposer un accompagnement?’ Enfin, l’urgence est une chose, mais il faut aussi travailler sur les causes. Si l’on ne répond pas au manque de logement public, social en particulier, et à la difficulté d’accès au logement en général, il faudra encore construire deux fois plus d’abris de nuit, même si un jour toutes les villes en auront un.»

 

Aller plus loin

«Sans-abrisme en Wallonie: le péril jeune», Alter Échos n°401 du 29 avril 2015, par Martine Vandemeulebroucke.

«Les SDF ne meurent pas forcément… de froid», Alter Échos n°401 du 29 avril 2015, par Marinette Mormont.

A la Une