Partager par e-mail Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur LinkedIn Partager sur Google+ Impression
Social
"Les services sociaux deviennent essentiellement des distributeurs de ressources multiples. […] Ce qui renforce chez l’usager une logique de consommation passive», la Fédération wallonne des assistants sociaux des CPAS

Avis de tempête sur le travail social

Alter Échos n° 421 13 avril 2016 Martine Vandemeulebroucke

Les CPAS vont mal. Pas seulement leurs finances. Beaucoup de travailleurs sociaux ont mal à leur CPAS et à l’image qu’ils ont (avaient) de leur métier. Un mot pour résumer? Pression. Ils sont sous pression et mettent sous pression les bénéficiaires qui subissent déjà un stress énorme lié à la fois à leurs conditions de vie et à celles qu’il faut parfois remplir pour être aidé.«Travailler au CPAS a été un choix personnel. C’était pour moi une institution proche du citoyen, qui permettait de faire bouger les choses.» Cette approche est toujours celle de Daniel Hanquet, assistant social (AS) au C...

Le contenu de cet article est réservé aux abonnés payants d’Alter Echos. Consultez nos offres d'abonnement ou connectez-vous à l'aide du formulaire de connexion ci-dessous.

Les CPAS vont mal. Pas seulement leurs finances. Beaucoup de travailleurs sociaux ont mal à leur CPAS et à l’image qu’ils ont (avaient) de leur métier. Un mot pour résumer? Pression. Ils sont sous pression et mettent sous pression les bénéficiaires qui subissent déjà un stress énorme lié à la fois à leurs conditions de vie et à celles qu’il faut parfois remplir pour être aidé.«Travailler au CPAS a été un choix personnel. C’était pour moi une institution proche du citoyen, qui permettait de faire bouger les choses.» Cette approche est toujours celle de Daniel Hanquet, assistant social (AS) au C...

Le contenu de cet article est réservé aux abonnés payants d’Alter Echos. Consultez nos offres d'abonnement ou connectez-vous à l'aide du formulaire de connexion ci-dessous.

Aller plus loin

Les CPAS vont mal. Pas seulement leurs finances. Beaucoup de travailleurs sociaux ont mal à leur CPAS et à l’image qu’ils ont (avaient) de leur métier. Un mot pour résumer? Pression. Ils sont sous pression et mettent sous pression les bénéficiaires qui subissent déjà un stress énorme lié à la fois à leurs conditions de vie et à celles qu’il faut parfois remplir pour être aidé.«Travailler au CPAS a été un choix personnel. C’était pour moi une institution proche du citoyen, qui permettait de faire bouger les choses.» Cette approche est toujours celle de Daniel Hanquet, assistant social (AS) au C...

Le contenu de cet article est réservé aux abonnés payants d’Alter Echos. Consultez nos offres d'abonnement ou connectez-vous à l'aide du formulaire de connexion ci-dessous.

En savoir plus

Les CPAS vont mal. Pas seulement leurs finances. Beaucoup de travailleurs sociaux ont mal à leur CPAS et à l’image qu’ils ont (avaient) de leur métier. Un mot pour résumer? Pression. Ils sont sous pression et mettent sous pression les bénéficiaires qui subissent déjà un stress énorme lié à la fois à leurs conditions de vie et à celles qu’il faut parfois remplir pour être aidé.«Travailler au CPAS a été un choix personnel. C’était pour moi une institution proche du citoyen, qui permettait de faire bouger les choses.» Cette approche est toujours celle de Daniel Hanquet, assistant social (AS) au C...

Le contenu de cet article est réservé aux abonnés payants d’Alter Echos. Consultez nos offres d'abonnement ou connectez-vous à l'aide du formulaire de connexion ci-dessous.

A la Une