Partager par e-mail Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur LinkedIn Partager sur Google+ Impression

Avant les communales, la saison des mémorandums

Alter Échos n° 346 3 octobre 2012 Cédric Vallet

A Bruxelles, des associations de jeunesse de trois communes ont coordonné leurs efforts pour produire des « mémorandums », suivis de débats. Etterbeek a ouvert lebal. Un exercice qui montre vite ses limites.

C’est le temps des confrontations. Echanges de points de vue au programme. A l’approche des élections communales, le secteur Jeunesse met la main à la pâte et, sur base de sonexpertise, propose des « mémorandums » et autres « livres blancs » aux candidats. Des associations de trois communes bruxelloises (Etterbeek, Jetteet Molenbeek), coordonnées par la plate-forme bilingue « Het werkt – Ca marche », ont proposé leurs cahiers de doléances. Première communevisée : Etterbeek. En juin, le Service d’aide en milieu ouvert Samarcande, la maison de quartier Chambéry, le Welcome-Babelkot, Animations et loisirs pour tous, ainsi que la Maisonde jeunes « La Clef » ont adressé leur texte aux politiques du cru. Le 15 septembre, des candidats aux élections communales étaient invités àdiscuter des propositions du manifeste. Les thèmes de discussion s’en inspiraient largement : « Dialogue entre associations et commune », « gestion del’espace public », « accès aux infrastructures de loisirs et de sports », « participation des jeunes ». Des« pointures » etterbeekoises ont fait le déplacement pour dialoguer avec les associations : l’actuel échevin de la Jeunesse, Patrick Lenaers (MR), mais aussides représentants du PS, d’Ecolo, du FDF, et du CDH.

Pour Madeleine Guyot, directrice de Samarcande, la rencontre a vite montré ses limites : « Nous sommes un peu déçus par le fait que personne n’ait proposéune vision claire pour la jeunesse de la commune. » Autre limite de l’exercice : la quasi-absence d’engagements concrets. Ces associations cherchent une manière de travailler avecles autorités communales, dans un esprit constructif, sur la place des jeunes à Etterbeek. La réponse des invités les a laissées sur leur faim.« L’échevin de la Jeunesse a proposé de faire une assemblée générale annuelle de jeunesse, nous dit la directrice de l’AMO. Mais il ne s’agissait passpécialement d’une demande. Une fois par an c’est de la rigolade, nous, on demande des rencontres régulières sur des thématiques précises pour travaillerensemble. »

Des incompréhensions entre jeunes et autorités communales

Les sujets de travail, à Etterbeek, ne manquent pas. Les tensions qui animent la place Saint-Antoine révèlent les incompréhensions entre autorités communales etjeunes du quartier. « Les jeunes se plaignent de ne pas avoir d’espaces, ou de subir trop de contraintes quand ces espaces existent, explique Madeleine Guyot. Derrière la questionde la gestion de l’espace public il y a, en filigrane, la remise en question de la façon dont la commune voit les jeunes. La gestion de l’espace public génère des tensions. Encas de plainte d’un habitant contre des « nuisances » de jeunes, le bourgmestre réagit très vite en appelant des policiers. Cette façon de faire casse letravail de long terme. »

D’autres sujets ont été débattus, toujours sans engagement concret. La nécessité – ou non – de créer un conseil consultatif des jeunes. Oul’application des sanctions administratives communales. Sur ce dernier point, Madeleine Guyot a trouvé « affligeant de constater que les candidats avaient tendance à sedéresponsabiliser par rapport à leurs marges de manœuvre. » Un goût de déception pour les associations. Mais des contacts pris et des échanges. AJette et à Molenbeek, les débats étaient prévus ces 28 et 29 septembre (A l’heure où nous écrivons ces lignes, ils n’ont pas encore eu lieu). Pour Bart VanDe Ven, coordinateur de la plate-forme « Het werkt – Ca marche », ces débats « ne sont que le début d’un processus. L’objectif est ensuite de voiravec les futurs échevins de la jeunesse ce qu’ils prendront ou pas pendant six ans. On espère avoir une influence. Il y aura une suite à ce travail. L’asbl Karuur, qui travailleà la participation des jeunes au niveau local a l’intention d’élargir ce projet. »

En savoir plus

Samarcande :
– adresse : rue de Theux, 51-53 à 1050 Bruxelles
– tél. : 02 647 47 03
– courriel : samarcande@skynet.be

Het werkt – Ca marche :
– tél. : 0475 77 38 58
– site : www.nl-fr.be
– courriel : info@nl-fr.be

A propos de l'auteur

Cédric Vallet

Cédric nous vient tout droit du Sud… de la France, de Montpellier précisément. D’ailleurs, s’il ne devait pas travailler, il passerait son temps à jouer à la pétanque. Avec son collègue Julien Winkel, il forme le « pôle excellence » de la rédaction d’Alter Échos. Ce qui explique que son héros, c’est ledit Julien Winkel, dans ses grands jours. Doté d’un sens de l’humour bien aiguisé dont il fait souvent montre dans ses papiers, Cédric nous définit le social comme un bolo au Verschueren ; « ça n’existe plus mais c’était « social ». Il pratique le journalisme pour contredire tout le monde, tout le temps, à commencer par lui-même. cedric [dot] vallet [at] alter [dot] be

A la Une