Partager par e-mail Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur LinkedIn Partager sur Google+ Impression

Au Florair, les tours courant d’air deviennent énergétiques

Alter Échos n° 349 19 novembre 2012 Nathalie San Gil Coello

Le plus grand chantier d’isolation de logements sociaux en Région bruxelloise va prendre place à Jette. Les quatre tours Florair, gérées par le Foyerjettois1, vont enfin être rénovées. La première phase débutera fin 2013 et concerne les immeubles Florair I et IV. Les façades vont êtreisolées, les portes et châssis remplacés et un système de ventilation double flux sera mis en place. Les tours deviendront par la suite « basseénergie ». Les locataires seront aux premières loges puisque les travaux auront lieu sans leur déplacement.

Les tours de logements publics Florair se dressent vers le ciel le long de l’avenue Guillaume Degreef à Jette. Les immeubles datent des années soixante. Ils ontfort vieilli. Sur le site, on entend le vent dans les arbres et le chant des oiseaux. Les cris des enfants de l’école maternelle implantée entre les édificesrésonnent dans les potagers qui longent les hautes bâtisses. Malgré les graffitis et quelques carreaux cassés, le site est entretenu. Le gazon a été tondu etdes plantes ont été disposées aux rez-de-chaussée soignés.

Les locataires doutent

Chantal, 78 ans, est locataire de la résidence Florair I depuis vingt-deux ans. « Cela fait des années que des travaux sont annoncés. Vous êtes sûrequ’ils vont avoir lieu cette fois ? Je n’y crois plus, toujours des excuses. Une fois, il manquait des signatures, une autre, il y avait un changementd’architecte. » David, 19 ans, habite au Florair IV : « Parfois, le vent qui s’introduit dans l’appartement par les châssis en mauvais étatfait claquer les portes. On chauffe pour l’extérieur. Je n’ai pas entendu parler des travaux. Quand ont-ils prévu de les effectuer ? Je suis étudiant,j’aimerais pouvoir étudier dans le calme. » Paula, 88 ans, occupe un appartement au Florair I. « J’ai entendu dire que les ouvriers allaient faire un troudans la chambre à coucher. Vais-je devoir déplacer mes meubles ? Comment ? J’ai envoyé une lettre à la direction. Je ne comprends pas que des travauxd’une telle envergure se déroulent en présence des locataires dans leur logement. »

« Les travaux devraient avoir lieu sans déplacer les habitants actuels ». C’est ce qu’a déclaré le cabinet du secrétaired’État au logement. Pour la direction du Foyer jettois, une autre solution était difficilement envisageable. « Reloger les locataires durant la durée des travauxest inimaginable. Cela représenterait un coût énorme et de toute manière, nous n’avons pas d’endroit où les reloger », explique Serge Devaux,directeur technique adjoint.

Une gaine à percer

Mais le directeur technique se veut rassurant. Il annonce que les travaux à effectuer au cœur même des logements ne devraient durer que deux jours par appartement. Ladifficulté majeure réside surtout dans le percement de la gaine. « Des gaines d’extraction d’air sont centrées à l’intérieur dulogement. Par appartement, dans l’une des chambres à coucher, les ouvriers vont percer un trou de la grandeur d’une porte. La gaine technique sera ensuite vidée etremplacée par des éléments préfabriqués. On refermera ensuite le trou par une porte ouvrable par des systèmes particuliers », développeSerge Devaux.
Il est facile d’imaginer l’angoisse et le stress que ce genre de travaux risquent d’entraîner auprès de personnes âgées, fragilisées ouisolées. « Lors de la dernière séance d’information, la petite quarantaine de locataires présents ont posé des questions d’ordrepratique : qui va m’aider à déménager mes meubles ? Combien de temps vont durer les travaux ? Vont-ils causer beaucoup depoussière ? », relate Josiane Di Vincenzo, directrice administrative du Foyer jettois. Les trois dernières réunions ont aussi permis de relayer certaines demandesdes locataires. Par exemple, la dimension des fenêtres a été modifiée car les habitants avaient peur de perdre en luminosité et visibilité.

L’occasion de faire connaissance

Aujourd’hui, aucun scénario n’est encore définitif. Les locataires devraient être informés du déroulement des travaux via des réunionspréliminaires et des toutes-boîtes. Ils recevront peut-être la visite des deux assistantes sociales du Service social. À deux, elles gèrent les 1 250 logementsdu Foyer. La direction espère pouvoir engager une troisième personne pour la durée des travaux. « Une importance particulière sera accordée aux contactsindividuels en support éventuel d’un courrier écrit. Certains locataires privilégient en effet le message oral », explique Danielle Joos, assistante sociale.« Le Service social sera à l’écoute de tous, à la croisée des chemins entre les locataires, le service technique et autres intervenants.Aujourd’hui, l’important est surtout d’établir un premier contact avec les locataires. Car même si les baux sont remis par le Service social depuis dix ans, nousconstatons que les locataires plus anciens ne nous connaissent pas nécessairement. » Durant les travaux, un bureau devrait également être aménagé sur lesite. Des stewards et les assistantes sociales devraient s’y relayer.

Malgré le dérangement et d’éventuels soucis qu’amèneront les travaux, ils apporteront surtout une amélioration significative du confort deslogements. « Cela fait des années que les locataires se plaignent des fuites d’air, des châssis qui se ferment mal, etc. », raconte Serge Devaux.« Les travaux entraîneront une diminution de la consommation de gaz et d’électricité et donc du montant des charges », rajoute Josiane Di Vincenzo.

Phasage de l’opération

La performance énergétique des quatre tours Florair, situées av. Guillaume Degreef à Jette, va être améliorée. La première phase concerne lesimmeubles Florair I (89 logements) et IV (94 logements). La deuxième portera sur Florair II et III. Les travaux de la phase une débuteront fin 2013 et se termineront en 2015. Lesrénovations porteront sur : l’isolation complète des façades, le remplacement des châssis, la mise en place d’un système de ventilation double flux,la résolution de ponts thermiques aux balcons et l’installation de 120 m2 de panneaux solaires thermiques. Le coût total des transformations de la première phasedevrait s’élever à 4,4 millions d’euros. Le financement sera assur&eacute
; par le plan quadriennal régional consacré à la rénovation desbâtiments du logement social et par à un subside de Bruxelles Environnement dans le cadre du programme « bâtiments exemplaires ». Le Foyer jettois qui seramaître d’ouvrage recevra l’appui du pôle d’expertise de la SLRB. À terme, les besoins énergétiques du site passeront de 200 kWh/m2./anà 20 kWh.

Image : Agence Alter/Nathalie San Gil Coello

1. Foyer Jettois :
– adresse : rue J. Lahaye, 282 à 1090 Bruxelles
– tél. : 02 478 38 35

A la Une