Alter Echos : Rebondir sur l'innovation sociale L'actualité sociale, avec le décodeur

alterecho-banner-abonnement


  • Loi Peeters : gifle pour les travailleurs?

    Share on LinkedInShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on Facebook

    La Loi Peeters? «Une législation du travail moderne [qui] permet de mieux concilier travail, famille, soins et formation.» C’est le ministre qui le dit. La perception des syndicats diffère légèrement. 

    Share on LinkedInShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on Facebook


single-alter-echos.php

Édito

Un migrant, ça peut rapporter gros

Des réfugiés fuyant le front des combats, installés à Sainte-Marguerite-d'Elle (France)
Share on LinkedInShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on Facebook

Deux nouveaux centres d’accueil pour demandeurs d’asile ont ouvert leurs portes dans la province d’Anvers. En pleine crise de l’asile, la nouvelle n’a rien de très inédit en soi. Ce qui l’est plus, c’est que la gestion de ces établissements ait été sous-traitée à un leader mondial du gardiennage (G4S) et à une société active dans le tourisme social (Corsendonk) (lire notre article en page 8, «Accueil: la privatisation, c’est maintenant»). À Binche, Chastres, Berchem-Sainte-Agathe ou Thy-le-Château, c’est une entreprise spécialisée dans les maisons de repos, Senior Assist, qui a décroché la timbale. En Suède, en Allemagne, en Autriche, en Irlande, en Italie, des milliers de places sont gérées par le privé depuis plusieurs années.

A Izmir, les commerçants vendent de kits de survie.


Le migrant, un marché en plein développement? En décembre, Alter Échos consacrait une longue enquête au business des «frontières intelligentes»1. Scanneurs biométriques, portes automatiques, mégabase de données: le développement des nouvelles technologies de contrôle doit permettre de fluidifier le trafic dans les aéroports et, accessoirement, de «lutter contre l’immigration irrégulière». À la clé, des contrats juteux, et des lobbys industriels qui n’hésitent pas à jouer de leur influence auprès des politiques européennes de sécurité pour promouvoir leurs intérêts.

Devant l’ampleur des flux migratoires, il n’y a pas que les sociétés de gardiennage et l’industrie technologique qui peuvent se frotter les mains. Dans la ville turque d’Izmir, l’afflux des migrants syriens a créé une véritable économie locale, relève Libération2: «Les hôtels bon marché se transforment en pension, les commerçants vendent des kits de survie, des bouées ou des lampes-torches pour ceux qui tentent la traversée via la mer.» Sans oublier, bien sûr, les mafias qui prospèrent dans les eaux troubles de la Méditerranée. Chaque bateau au départ de la Libye vers l’Italie rapporterait 80.000 dollars… Plus on ferme les frontières, plus on érige des murs, plus on déploie des barbelés et plus ce trafic prospère, dénonçait François Gemenne, spécialiste de l’immigration, récemment interviewé dans nos colonnes3.

Le malheur des uns…

Share on LinkedInShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on Facebook
sidebar fil info
Avec le soutien de
 
  • Agence Alter 57, rue Guillaume Tell – 1060 Bruxelles
  • Téléphone : +32 2 541 85 20
  • © Alter 2014