Alter Echos : Rebondir sur l'innovation sociale L'actualité sociale, avec le décodeur

alterecho-banner-abonnement


  • Loi Peeters : gifle pour les travailleurs?

    Share on LinkedInShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on Facebook

    La Loi Peeters? «Une législation du travail moderne [qui] permet de mieux concilier travail, famille, soins et formation.» C’est le ministre qui le dit. La perception des syndicats diffère légèrement. 

    Share on LinkedInShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on Facebook


single-alter-echos.php

Logement et territoires

RBDH vs Mayeur : comme une odeur de bataille électorale

  • 362
  • Par Arnaud Gregoire
Share on LinkedInShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on Facebook

Le CPAS de Bruxelles a subi les assauts du RBDH sur les loyers de ses logements. Au-delà des enjeux de logement social, il y a comme une odeur de bataille électorale…

Le Rassemblement bruxellois pour le droit au logement (RBDH)1 lançait fin mai – notamment au moyen d’une carte blanche dans le n° 361 d’Alter Echos – une attaque en règle contre la politique de loyers pratiquée par le CPAS de Bruxelles2. Chiffres à l’appui, le regroupement d’associations de défense du droit à l’habitat met en cause le fait que bon nombre de logements appartenant au CPAS de la ville de Bruxelles sont loués à des prix trop élevés. « Si on compare les loyers du CPAS, par catégorie de logements, aux plafonds de loyer en vigueur dans le secteur des AIS (NDLR Agences immobilières sociales) qui ont pour vocation de « socialiser » les logements privés, on constate que 23 % des logements sont loués à des prix (très) supérieurs aux plafonds AIS », souligne le RBDH.

Et ce dernier d’ajouter que le CPAS de Bruxelles profite de subsides pour rénover ses biens immobiliers, subsides dont il serait bienvenu que l’organisme d’aide sociale fasse profiter les ménages les plus précaires. Le RBDH critique en outre la politique d’attribution des logements du CPAS, qui destine une partie de son parc immobilier à la classe moyenne.

Au total, pour le RBDH, il est urgent que le CPAS bruxellois diminue ses loyers et revoie sa copie en matière d’attribution des logements.

La sortie des associations est louable, et serait entièrement justifiée si elle n’omettait pas plusieurs éléments qui viennent tempérer leurs propos. Tout d’abord, notons qu’il ne faut pas confondre logement social et logement public. Si les premiers sont destinés à venir en aide aux ménages en situation de précarité, les seconds peuvent poursuivre d’autres objectifs. Yvan Mayeur, président du CPAS de Bruxelles, en détaille deux :

1. Investir et rénover des immeubles laissés à l’abandon. Politique qui ne peut être menée que si une certaine rentabilité est poursuivie.

2. Etre présent sur le marché immobilier en tirant les prix vers le bas.

« Une politique de logements diversifiée »

Sur l’ensemble de ses biens immobiliers, le CPAS de Bruxelles en consacre une partie au logement social. Il est donc normal qu’il adopte une politique de loyer plus proche de la réalité du marché pour ses autres biens.

Pas question en outre pour Yvan Mayeur que l’on touche à la politique d’attribution des logements. « Les logements publics ne sont pas destinés uniquement aux allocataires sociaux, assène-t-il. Ils peuvent aussi être attribués à des travailleurs, des infirmières, des pompiers, etc. ». Mais surtout, pour l’homme fort du CPAS bruxellois, il n’est pas envisageable de confier l’attribution des logements sociaux à des personnes qui n’en auraient pas l’entière gestion. La crainte d’Yvan Mayeur est de se retrouver avec des déficits sur les bras suite à une administration mal avisée.

Contacté à ce sujet, le directeur général de la Société du logement de la Région de Bruxelles-Capitale (SLRB)3, Yves Lemmens, confirme et salue le dynamisme de la politique de logement diversifiée mise en œuvre par les villes et communes, qui doivent s’attaquer à une large variété de problématiques et s’adresser à des publics différents, et pas uniquement aux plus précaires. Yves Lemmens reconnait aussi l’intérêt et la continuité des batailles portées par le RBDH pour les plus pauvres.

 Bref, le débat n’est pas neuf ! Il resurgit par contre à un moment clé de la vie politique bruxelloise : la réforme du code du logement à Bruxelles, qui impactera les règles d’attribution des logements, doit être votée dans les jours à venir. Et les élections régionales ne sont pas loin. Le RBDH se situe plutôt dans la lignée d’Ecolo-Groen, qui critiquent depuis longtemps la politique d’attribution des logements gérés par les CPAS ou les communes. Yvan Mayeur leur demande donc de sortir du bois et de se positionner clairement dans ce dossier.

Share on LinkedInShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on Facebook
sidebar fil info
Avec le soutien de
 
  • Agence Alter 57, rue Guillaume Tell – 1060 Bruxelles
  • Téléphone : +32 2 541 85 20
  • © Alter 2014