Alter Echos : Rebondir sur l'innovation sociale L'actualité sociale, avec le décodeur

alterecho-banner-abonnement


  • Loi Peeters : gifle pour les travailleurs?

    Share on LinkedInShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on Facebook

    La Loi Peeters? «Une législation du travail moderne [qui] permet de mieux concilier travail, famille, soins et formation.» C’est le ministre qui le dit. La perception des syndicats diffère légèrement. 

    Share on LinkedInShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on Facebook


single-alter-echos.php

(Aide à la) jeunesse

Luxembourg, une province qui ne manque pas de jeunes talents

  • 364
  • Par Pierre Jassogne
Share on LinkedInShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on Facebook

Qui doute du fait que nos jeunes aient du talent ? C’est ce que nous rappelle chaque année depuis 2007 la Grappe Jeunes en province de Luxembourg avec son opération « Les Jeunes ont du talent ». L’idée est simple et répond à l’attente de nombreux jeunes pour orienter leur avenir professionnel.

Le 23 novembre prochain aura lieu la septième édition de l’opération « Les jeunes ont du talent »1 à la Halle aux Foires de Libramont. Miser sur les talents, appuyer les formations porteuses et investir dans l’orientation d’un public jeune, ce sont les objectifs fondamentaux de cette opération luxembourgeoise. Plus qu’un simple salon des études comme il en existe un peu partout en Wallonie et à Bruxelles, ce salon des métiers et de l’orientation s’axe sur une initiative territoriale tout à fait originale et unique en son genre. Menée par la Grappe Jeunes, au sein de « Réseaulux », elle réunit à la fois des représentants politiques, du monde de l’entreprise, de l’enseignement, de l’emploi et de la formation, ainsi que bien évidemment de la Jeunesse et de l’Aide à la jeunesse en province de Luxembourg. Elle permet aux jeunes de s’essayer à un métier le temps d’une journée et d’apprendre concrètement quelques facettes de la formation à laquelle ils vont se destiner plus tard.

Née en 2007, l’opération se présente d’abord et avant tout comme un projet fédérateur pour inciter les acteurs locaux à mettre en valeur tout le potentiel professionnel de la province : découvrir l’éventail des possibilités d’emploi et de formation, orienter les adolescents dans les différents secteurs professionnels et répondre aux enjeux socio-économiques, en misant notamment sur les secteurs en pénurie de la région. Bref, il s’agit de miser sur tous les talents d’une province qui n’en manque pas.

Trois axes essentiels résument parfaitement l’initiative : information, orientation et accompagnement. Information, à savoir permettre une information accessible à tous les jeunes luxembourgeois sur le thème des études ; orientation, pour agir comme facilitateur dans le projet de vie du jeune en favorisant une émancipation active, et non des choix par défaut ; accompagnement, pour offrir un réseau de personnes ressources permettant un développement à géométrie variable.

Une belle synergie

Un pari osé c’est vrai, mais qui n’a cessé de convaincre les jeunes d’année en année. Très tôt, la Grappe Jeunes a misé sur l’importance des modèles identitaires à apporter à ce jeune public afin que l’opération « Les jeunes ont du talent » soit un événement conçu pour et par les jeunes. Car un jeune talent mis en avant peut provoquer à la fois créativité et curiosité auprès des adolescents, tout en leur donnant les moyens de valoriser ou de concrétiser leurs projets. C’est pourquoi lors de l’opération, quinze jeunes exposent leur savoir-faire dans différents domaines et partagent leur passion auprès d’autres jeunes.

Depuis la première édition, la recette a quelque peu évolué, mais elle repose toujours sur la même dynamique : rencontre de chefs d’entreprises, de témoins présentant leur profession et de jeunes talents passionnés. Concrètement, l’événement se présente sous différentes formes. Avec 18 « villages thématiques » – notamment : de l’agronomie au tourisme –, l’idée est de mettre en contact direct des professionnels et des jeunes, de mettre en lumière des métiers et de revaloriser les sections professionnelles de l’enseignement secondaire, si souvent déconsidérées. Les activités y sont nombreuses, afin de faciliter la participation des jeunes, mais aussi pour présenter les différents secteurs professionnels de façon dynamique, avec des « speed-meetings », des démonstrations ou des essais-métiers. Les jeunes visiteurs peuvent ainsi approcher et se tester à plus d’une cinquantaine de métiers, dans des secteurs aussi variés que la construction, l’esthétique, l’informatique, l’horeca…

À côté de cette organisation, l’opération « Les jeunes ont du talent » a noué avec quinze écoles de la région un partenariat important. Une collaboration qui s’est construite au fil des années, et qui permet désormais de proposer près de 50 essais-métiers, encadrés par des professeurs et complétés par des démonstrations réalisées par des élèves. Une attention particulière est portée aux élèves de deuxième secondaire. Car, on le sait, la fin du premier degré constitue un tournant important dans le cursus scolaire : c’est le moment d’une orientation vers des études générales, techniques ou professionnelles. Là aussi, l’objectif affiché de la Grappe Jeunes est de faire comprendre que toutes les études se valent, malgré leurs différences.

À l’avenir, l’opération pourrait aussi se décliner dans l’accompagnement d’une dizaine de jeunes pendant l’année scolaire dans la découverte de métiers qui ne seraient pas présents au salon.

L’événement attire une majorité de jeunes âgés de 14 à 18 ans. Depuis six ans d’existence, l’opération connaît un succès croissant. En 2007, la première édition attirait 424 participants. Cinq ans plus tard, en 2011, l’opération accueillait près de 1150 jeunes, et 1470 l’an dernier. À cela s’ajoutent tous les intervenants bénévoles, soit près de 350 personnes, partenaires de l’événement, et sélectionnés sur base d’une liste des secteurs professionnels présents dans la région. Grâce aux synergies mises en place depuis sept ans avec tous les acteurs socio-économiques de la région, le projet « Les jeunes ont du talent » est devenu incontournable.

Déjà prêt pour l’édition 2013

En coulisse, on s’active déjà pour que tout soit prêt pour l’édition 2013. À la tête de l’organisation, Infor Jeunes Luxembourg coordonne le projet, le supporte financièrement et gère toute l’action promotionnelle. Pour Yannick Boelen, directeur d’Infor Jeunes Luxembourg, la valeur ajoutée d’une telle opération se situe à plusieurs niveaux. « Nous avons réussi à mettre de façon transversale différents acteurs en matière d’enseignement, de formation, d’emploi, d’entreprises et d’Aide à la jeunesse. Grâce à cela, le jeune peut devenir un véritable acteur dans sa recherche d’information et d’orientation. Il peut s’essayer à des métiers présentés par d’autres jeunes, et tout cela le place dans une dimension prospective tout à fait intéressante. »

Katia Malnati, qui coordonne le projet depuis trois ans, précise : « Depuis 2007, l’opération a évolué. D’une table ronde classique, on en est venu à vouloir mettre en avant les métiers et les savoir-faire, en permettant aux jeunes de les essayer. C’est beaucoup plus efficace pour toucher les jeunes, les aider pour les orienter, car ils sont accompagnés individuellement de A à Z. Cela leur permet aussi de voir toutes les potentialités professionnelles de la province en une seule journée. »

Dernier élément à souligner : l’objectif de rendre le projet accessible à tous les jeunes de la province de Luxembourg, en garantissant la gratuité des déplacements en transports en commun ainsi que pour l’accès à la journée.

Seul bémol, qui menace la pérennité de ce projet, l’opération échappe au financement structurel classique. « Or, notre initiative n’est plus aujourd’hui à considérer comme un projet-pilote. La phase d’expérimentation a permis de sortir une méthodologie d’action claire, des objectifs concrets et mesurables. Au vu de la transversalité du projet, la pierre angulaire passe par une reconnaissance structurelle du projet par le secteur afin de pouvoir mieux le valoriser à l’avenir », conclut Yannick Boelen.

Share on LinkedInShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on Facebook
sidebar fil info
Avec le soutien de
 
  • Agence Alter 57, rue Guillaume Tell – 1060 Bruxelles
  • Téléphone : +32 2 541 85 20
  • © Alter 2014